revue
Philosophie
Les lectures indispensables sur la démocratie Abonnés

Comment penser la démocratie ? Panorama sur plus de deux millénaires de philosophie politique avec Henri de Monvallier.

Les lectures indispensables sur la démocratie


De la démocratie en Amérique,Tocqueville, éd. Gosselin (1835-1840), poche éd. GF, 2010

Jeune magistrat ayant prêté à contrecœur serment à la monarchie de Juillet en 1830, Alexis de Tocqueville est envoyé l’année suivante aux États-Unis par le ministère de la Justice pour étudier le fonctionnement du système pénitentiaire américain. Il en rapporte des observations et des réflexions sur la démocratie qui vient d’éclore dans ce jeune pays. Pour Tocqueville, la démocratie n’est pas seulement un système politique (identifié, dès Platon et Aristote, dans de fameuses classifications, où sont aussi listées l’aristocratie, l’oligarchie ou la tyrannie). Elle est aussi, et surtout, un fait social et culturel qui produit des manières de penser et d’agir. Plus que de régime démocratique, il importe donc de parler de société démocratique.

Dans la représentation commune, la démocratie repose sur deux principes : la liberté (individuelle) et l’égalité (collective). Mais ces deux valeurs sont-elles conciliables ? Il semble y avoir une tension entre les deux : l’amour de l’égalité collective risque de restreindre la liberté. Inversement, l’affirmation de la liberté individuelle risque d’engendrer des inégalités entre les individus. Le conflit entre ces deux valeurs constitue selon Tocqueville le problème central de la démocratie et des sociétés démocratiques.

La démocratie se caractérise essentiel-lement par le processus d’égalisation des conditions. Il s’agit dans un premier temps d’abolir les privilèges et d’affirmer le principe de l’égalité de tous en droit devant la loi. Sur le plan économique et social, les sociétés démocratiques sont également caractérisées par la tendance à l’égalisation des fortunes et des conditions de vie matérielles avec l’émergence d’une classe moyenne qui constitue la majorité de la population. Elles s’opposent ainsi aux sociétés aristocratiques (l’Ancien Régime, par exemple) qui sont fondées sur des privilèges et des inégalités fortes entre classes sociales. Cette dynamique produit ce que Tocqueville appelle « la passion...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

La démocratie au péril de la démondialisation
La démocratie au péril de la démondialisation Abonnés

Alors que l’on s'est longtemps plu à croire que l’économie était enchâssée dans la démocratie, nous avons découvert qu’en réalité, au travers de la mondialisation, c’était bien souvent la démocratie qui était enchâssée dans l’économie. Mais la mondialisation est-elle la seule en cause ? Le problème n’est-il pas plus profondément enraciné dans les mythes du libéralisme ?

1 commentaire
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. »
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. » Abonnés

En France, tout candidat à l’élection présidentielle doit, s’il veut être officiellement autorisé à faire campagne, s’assurer de la « présentation » d'au moins 500 élus locaux. Nous avons demandé à l’un de nos plus grands constitutionnalistes de retracer l’histoire de cette procédure aux règles toujours plus complexes et aux effets toujours plus pervers.

0 commentaire
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat Abonnés

La démocratie libérale et représentative, qui régit la plupart des pays industrialisés, n’est-elle pas vouée à être remise en cause par la révolution technologique et la transition écologique en cours ? Pour Antoine Buéno, deux scénarios se dessinent à l’horizon : soit « la fin de l’Histoire », soit l’instauration de régimes illibéraux placés sous le signe de la défense de l’identité et de l’urgence climatique.

7 commentaires