revue
Edito
Démocratie illibérale : mode d'emploi Abonnés

EDITO. Par Michel Onfray.

Démocratie illibérale : mode d'emploi


Le Parti socialiste, qui fut au pouvoir au cours de deux septennats avec Mitterrand, un presque quinquennat avec Jospin, un autre quinquennat avec Hollande, c’est-à-dire qui, depuis 1981, a dirigé la France pendant au moins une vingtaine d’années, a recueilli 1,8% des votes lors des dernières élections présidentielles. Ce qui veut dire que le Parti animaliste pourrait un jour bien lui passer devant le groin…

Malgré tout ça, personne ne parle de « droit d’inventaire », ce qui pourrait pourtant permettre de comprendre pourquoi les socialistes en sont arrivés là.

Quand, en 1995, Lionel Jospin emploie cette expression pour trier le bon grain de l’ivraie mitterrandienne, il est copieusement hué par les mitterrandiens historiques qui préfèrent tuer la gauche plutôt que de brosser le portrait d’un homme qui a commencé sa carrière en compagnon de route de la Cagoule dans les années 30 avant de la terminer en double Président qui confiait à Jean d’Ormesson, lors de son dernier déjeuner à l’Élysée, le 17 mai 1995, que les révélations sur son passé vichyste, maréchaliste, pétainiste qui avaient marqué la fin de son règne, témoignaient de « l’influence puissante et nocive du lobby juif en France ». C’était aussi convenir qu’il fallait mettre sous le tapis de la gauche le Mitterrand ministre de la Justice et de l’Intérieur dans une Algérie qu’il voulait française, ou celui du fleurissement de la tombe du maréchal Pétain quand il était président de la République. Je ne parle même pas de son abandon du socialisme en 1983 et de l’abolition de la souveraineté française en 1992 avec le traité de Maastricht. Ou des affaires, de l’argent, des délits d’initiés, des valises de liquide, des suicides dans son entourage, de l’usage privé des finances publiques, de Tapie transformé en héros de la gauche post-1983…

Cet effondrement...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

La démocratie au péril de la démondialisation
La démocratie au péril de la démondialisation Abonnés

Alors que l’on s'est longtemps plu à croire que l’économie était enchâssée dans la démocratie, nous avons découvert qu’en réalité, au travers de la mondialisation, c’était bien souvent la démocratie qui était enchâssée dans l’économie. Mais la mondialisation est-elle la seule en cause ? Le problème n’est-il pas plus profondément enraciné dans les mythes du libéralisme ?

1 commentaire
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. »
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. » Abonnés

En France, tout candidat à l’élection présidentielle doit, s’il veut être officiellement autorisé à faire campagne, s’assurer de la « présentation » d'au moins 500 élus locaux. Nous avons demandé à l’un de nos plus grands constitutionnalistes de retracer l’histoire de cette procédure aux règles toujours plus complexes et aux effets toujours plus pervers.

0 commentaire
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat Abonnés

La démocratie libérale et représentative, qui régit la plupart des pays industrialisés, n’est-elle pas vouée à être remise en cause par la révolution technologique et la transition écologique en cours ? Pour Antoine Buéno, deux scénarios se dessinent à l’horizon : soit « la fin de l’Histoire », soit l’instauration de régimes illibéraux placés sous le signe de la défense de l’identité et de l’urgence climatique.

7 commentaires