revue
Philosophie
La démocratie réelle, c’est la république sociale ! Abonnés

Puisque l’homme libre est celui qui peut vivre de son travail sans être à la merci d’un maître, Denis Collin plaide pour une démocratie qui ne soit pas de pure forme, mais une authentique république sociale.

La démocratie réelle, c’est la république sociale !


Dans toute la tradition du mouvement ouvrier, il y a une ambiguïté fondamentale. Le mouvement ouvrier exige que le pouvoir appartienne à la majorité laborieuse contre la minorité des exploiteurs et se pose comme l’héritier naturel du mouvement démocratique. Il porte l’exigence d’une démocratie réelle – c’est la majorité qui, enfin, a le pouvoir – et d’une démocratie qui fasse toute sa place au dêmos, c'est-à-dire au « peuple » des classes laborieuses. Mais le communisme, que ce soit sous ses variantes anarchistes ou marxistes, prétend dépasser la démocratie qui reste un pouvoir d’État : l’objectif serait de supprimer l’État ou d’organiser son « dépérissement ». Cette ambiguïté a coûté cher ! Il nous faudrait trouver aujourd’hui une forme politique, donc étatique et constitutionnelle, qui prenne au sérieux l’aspiration à l’émancipation humaine, ambition fondamentale du communisme de Karl Marx (1818-1883), tout en tirant le bilan de la faillite du communisme historique, de ce « socialisme réel » qui a jeté l’opprobre sur tout projet révolutionnaire. Comme le mot de « démocratie » est très vague et sert de drapeau aux entreprises politiques les plus diverses, je soutiendrai ici que la seule démocratie réelle, celle qui ne se contente pas de lutter contre l’oppression politique, mais contre toutes les formes de domination, est la république sociale.

La formule de « république sociale », inventée par les ouvriers parisiens dans le mouvement qui mena aux tragiques journées de juin 1848, permet cette synthèse. Une synthèse reprise vingt-trois ans après par Marx, quand il écrit, au sujet de la Commune de Paris qui venait de se dérouler : « Le cri de “république sociale” auquel la révolution de février avait été proclamée par le prolétariat de Paris, n’exprimait guère qu’une vague aspiration à une République qui ne devait pas seulement abolir la forme...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

La démocratie au péril de la démondialisation
La démocratie au péril de la démondialisation Abonnés

Alors que l’on s'est longtemps plu à croire que l’économie était enchâssée dans la démocratie, nous avons découvert qu’en réalité, au travers de la mondialisation, c’était bien souvent la démocratie qui était enchâssée dans l’économie. Mais la mondialisation est-elle la seule en cause ? Le problème n’est-il pas plus profondément enraciné dans les mythes du libéralisme ?

1 commentaire
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. »
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. » Abonnés

En France, tout candidat à l’élection présidentielle doit, s’il veut être officiellement autorisé à faire campagne, s’assurer de la « présentation » d'au moins 500 élus locaux. Nous avons demandé à l’un de nos plus grands constitutionnalistes de retracer l’histoire de cette procédure aux règles toujours plus complexes et aux effets toujours plus pervers.

0 commentaire
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat Abonnés

La démocratie libérale et représentative, qui régit la plupart des pays industrialisés, n’est-elle pas vouée à être remise en cause par la révolution technologique et la transition écologique en cours ? Pour Antoine Buéno, deux scénarios se dessinent à l’horizon : soit « la fin de l’Histoire », soit l’instauration de régimes illibéraux placés sous le signe de la défense de l’identité et de l’urgence climatique.

7 commentaires