revue
Histoire
La démocratie athénienne, vérités et légendes Abonnés

ENTRETIEN. Dans son dernier essai, Michel De Jaeghere montre que les règles et pratiques politiques en vigueur dans les sociétés occidentales contemporaines se distinguent nettement, par l’individualisme qui les sous-tend, du système inventé par les Grecs il y a 2500 ans.

Propos recueillis par Maxime Le Nagard

La démocratie athénienne, vérités et légendes


F.P. : S’il n’est pas incarné partout sur la planète, l’idéal démocratique a largement triomphé avec la modernité. Il semble être un acquis de la discussion politique contemporaine. Pourquoi avoir choisi de revenir à ses origines ?

Michel De Jaeghere : La démocratie a effectivement pour nous le caractère d’une évidence. Nous y adhérons presque unanimement. Nous avons hérité ce régime politique de l’Athènes du Ve siècle avant Jésus-Christ, où il a été expérimenté, mis au point. Or, j’ai été frappé par le fait qu’il était loin de faire la même unanimité parmi ses contemporains. Qu’il était au contraire critiqué sévèrement par les plus illustres des intellectuels du temps. J’ai voulu explorer ce paradoxe et cette filiation : voir dans quelle mesure ce régime était le même que le nôtre, évaluer la portée des mises en cause dont il était alors l’objet, m’interroger sur les origines et la portée des différences qu’on peut relever de l’un à l’autre.


F.P. : On parle depuis le XIXe siècle de « miracle grec » pour caractériser l’ébullition intellectuelle du Ve siècle avant notre ère. Pouvez-vous nous en exposer les grands traits ?

MDJ : Il me semble légitime de parler en effet de miracle. Dans l’espace-temps qui va de la deuxième moitié du VIe siècle au milieu du IVe, on a assisté, simultanément, à l’éclosion de la sculpture et de l’architecture classiques, à la création des chefs-d’œuvre du théâtre tragique (avec Eschyle, Sophocle et Euripide), en même temps qu’à l’apparition de la comédie satirique (Aristophane), au développement des sciences avec Pythagore et Démocrite, à la naissance de la philosophie avec les présocratiques, les sophistes, Socrate, Platon et Aristote, à celles de l’histoire (Hérodote et Thucydide), de l’ethnologie, de la science politique, de la rhétorique. Les Grecs y ont réélaboré les formules héritées des...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

La démocratie au péril de la démondialisation
La démocratie au péril de la démondialisation Abonnés

Alors que l’on s'est longtemps plu à croire que l’économie était enchâssée dans la démocratie, nous avons découvert qu’en réalité, au travers de la mondialisation, c’était bien souvent la démocratie qui était enchâssée dans l’économie. Mais la mondialisation est-elle la seule en cause ? Le problème n’est-il pas plus profondément enraciné dans les mythes du libéralisme ?

1 commentaire
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. »
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. » Abonnés

En France, tout candidat à l’élection présidentielle doit, s’il veut être officiellement autorisé à faire campagne, s’assurer de la « présentation » d'au moins 500 élus locaux. Nous avons demandé à l’un de nos plus grands constitutionnalistes de retracer l’histoire de cette procédure aux règles toujours plus complexes et aux effets toujours plus pervers.

0 commentaire
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat Abonnés

La démocratie libérale et représentative, qui régit la plupart des pays industrialisés, n’est-elle pas vouée à être remise en cause par la révolution technologique et la transition écologique en cours ? Pour Antoine Buéno, deux scénarios se dessinent à l’horizon : soit « la fin de l’Histoire », soit l’instauration de régimes illibéraux placés sous le signe de la défense de l’identité et de l’urgence climatique.

7 commentaires