revue
Institutions
Union européenne : le coup d'État permanent de la « technocratie commode » Abonnés

Avec sa Commission, son Parlement et sa Cour de justice, l’Union européenne ressemble à s’y méprendre à un système démocratique exemplaire. Sauf qu’il ne s’agit que d’un funeste simulacre, comme le démontre de façon imparable Olivier Delorme.

Union européenne : le coup d'État permanent de la « technocratie commode »


Négociant en cognac devenu banquier à San Francisco, Jean Monnet avait préféré se mettre au service des Britanniques plutôt que de représenter la France libre à Washington. Puis en 1943, ses nouveaux employeurs américains l’envoyèrent à Alger pour fournir un cerveau politique au très manipulable général Giraud, qu’ils entendaient substituer à de Gaulle. Plus tard, dans l’Europe de la guerre froide, le plus américain des Français devint l’inspirateur – selon le mot du général de Gaulle – de toutes les initiatives tendant à organiser l’ouest du continent en succursale des États-Unis : Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA), Communauté européenne de défense (CED), structure permanente de l’OTAN, Communauté économique européenne (CEE), Communauté européenne de l’énergie atomique (Euratom), torpillage du traité franco-allemand de 1963 au moyen de l’ajout par le Bundestag d’un préambule unilatéral.

À travers ces initiatives, Monnet vise un objectif : empêcher les peuples de faire des bêtises. Il applique une méthode : réduire la démocratie à une forme électorale vidée de toute signification puisque les décisions seront prises par des instances non élues qui savent mieux que les peuples ce qui est bon pour eux. Il s’agit en fait d’un coup d’État permanent consistant à multiplier les faits accomplis techniques dont les citoyens ne doivent pouvoir discerner la fin ultime, en enserrant le politique dans des contraintes telles qu’au bout du compte une seule politique – la « raisonnable » – est possible. Ce que de Gaulle traduisait ainsi dans sa conférence de presse du 12 novembre 1953 : confondre « les États, les armées, les idéologies […] à la façon des capitaux de deux firmes concurrentes », tout en neutralisant la souveraineté des peuples par une « technocratie commode », agent de cette grande transformation. Toute la philosophie de la « construction européenne » depuis...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

La démocratie au péril de la démondialisation
La démocratie au péril de la démondialisation Abonnés

Alors que l’on s'est longtemps plu à croire que l’économie était enchâssée dans la démocratie, nous avons découvert qu’en réalité, au travers de la mondialisation, c’était bien souvent la démocratie qui était enchâssée dans l’économie. Mais la mondialisation est-elle la seule en cause ? Le problème n’est-il pas plus profondément enraciné dans les mythes du libéralisme ?

1 commentaire
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. »
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. » Abonnés

En France, tout candidat à l’élection présidentielle doit, s’il veut être officiellement autorisé à faire campagne, s’assurer de la « présentation » d'au moins 500 élus locaux. Nous avons demandé à l’un de nos plus grands constitutionnalistes de retracer l’histoire de cette procédure aux règles toujours plus complexes et aux effets toujours plus pervers.

0 commentaire
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat Abonnés

La démocratie libérale et représentative, qui régit la plupart des pays industrialisés, n’est-elle pas vouée à être remise en cause par la révolution technologique et la transition écologique en cours ? Pour Antoine Buéno, deux scénarios se dessinent à l’horizon : soit « la fin de l’Histoire », soit l’instauration de régimes illibéraux placés sous le signe de la défense de l’identité et de l’urgence climatique.

7 commentaires