revue
Philosophie
Sculpter le peuple — Anatomie d'une machine gaulliste Abonnés

Sous-texte : À Paul Melun, pour le moment venu

Sculpter le peuple — Anatomie d'une machine gaulliste


Le général de Gaulle a fait face à cinq attentats au cours de son existence politique. Le plus célèbre étant celui du Petit-Clamart. Un sixième a eu lieu qui a eu raison du gaullisme, il a été perpétré contre son œuvre, la Constitution de 1958, par des antigaullistes d’autant plus détestables que certains se présentaient comme ses partisans – je songe à Chirac et aux chiraquiens bien sûr...

Ce coup fatal fut porté par le traité de Maastricht (1992) qui fit de l’abandon de la souveraineté nationale l’ultime décision de la souveraineté nationale. C’était en son sens étymologique un suicide tout de même guidé par la main de François Mitterrand qui voyait là l’heure enfin venue d’abattre le général de Gaulle, une obsession qui fut la seule véritable conviction de son existence : en finir avec plus grand que lui afin de croire que son nanisme pourrait ainsi passer pour du gigantisme.

Dans une conversation qu’il eut avec Jean-Pierre Chevènement, alors un homme situé sur l’aile gauche du Parti socialiste aujourd’hui devenu macroniste, c’est-à-dire maastrichtien, Mitterrand dit : « Je ne crois pas qu’à notre époque la France, hélas, puisse faire autre chose que passer à travers les gouttes. » C’était en 1974, peu avant le congrès de Metz, or cet homme aspirait à gouverner la France. Il se voulait un destin de parapluie ; il ne l’eut même pas ; il fut juste une ombrelle mitée.

On mesure toute la rouerie d’un homme qui affirme une pareille chose et se présente pourtant aux élections en 1974, les gagne en 1981, se représente sept ans plus tard en 1988, malgré un cancer qui l’affaiblissait considérablement. Il se montrait alors coupable d’un renoncement au socialisme deux ans après son arrivée au pouvoir, en mars 1983, en même temps que d’une instrumentalisation...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

La démocratie au péril de la démondialisation
La démocratie au péril de la démondialisation Abonnés

Alors que l’on s'est longtemps plu à croire que l’économie était enchâssée dans la démocratie, nous avons découvert qu’en réalité, au travers de la mondialisation, c’était bien souvent la démocratie qui était enchâssée dans l’économie. Mais la mondialisation est-elle la seule en cause ? Le problème n’est-il pas plus profondément enraciné dans les mythes du libéralisme ?

1 commentaire
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. »
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. » Abonnés

En France, tout candidat à l’élection présidentielle doit, s’il veut être officiellement autorisé à faire campagne, s’assurer de la « présentation » d'au moins 500 élus locaux. Nous avons demandé à l’un de nos plus grands constitutionnalistes de retracer l’histoire de cette procédure aux règles toujours plus complexes et aux effets toujours plus pervers.

0 commentaire
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat Abonnés

La démocratie libérale et représentative, qui régit la plupart des pays industrialisés, n’est-elle pas vouée à être remise en cause par la révolution technologique et la transition écologique en cours ? Pour Antoine Buéno, deux scénarios se dessinent à l’horizon : soit « la fin de l’Histoire », soit l’instauration de régimes illibéraux placés sous le signe de la défense de l’identité et de l’urgence climatique.

7 commentaires