revue
analyse
L'ère du fact-checking Abonnés

De plus en plus de médias se sont assigné la mission de lutter contre les fake news à l’aide d’un service « vérification des faits ». Sami Biasoni montre la vanité et l’amateurisme qui se cachent derrière les belles déclarations de ces chevaliers blancs de l’information.

L'ère du fact-checking


Le débat organisé en septembre par BFMTV entre l’aspirant candidat Zemmour et le toujours candidat Mélenchon a marqué le début de la campagne présidentielle, non seulement en raison de la personnalité des invités et de l’étendue putative de leurs antagonismes politiques, mais aussi pour le rôle décrié qu’y a joué le service de fact-checking de la rédaction de la chaîne. Si l’on n’y prête garde, l’échange cité ci-dessus entre la journaliste Amélie Rosique et Éric Zemmour pourrait passer pour une simple passe d’armes rhétorique, courante en pareilles circonstances ; il est en fait révélateur d’une forme de cécité généralisée à l’endroit des statistiques et de leurs usages au sein de nos démocraties contemporaines.

À une heure de grande écoute, comment un candidat à la présidence de la République et une journaliste sérieuse et chevronnée peuvent-ils, à partir d’un même fait public, formuler deux estimations aussi différentes ? L’enjeu est majeur quand on sait que l’écart entre les deux estimations correspond à lui seul à la somme des budgets annuels des ministères de l’Enseignement supérieur, de la Santé et de la Justice. En réalité, les deux protagonistes de cette scène sont victimes du même biais cognitif, dit « biais de confirmation », dont il est difficile de se défaire, et auquel nous sommes tous confrontés, qui a trait à la tendance naturelle des individus à retenir préférentiellement l’information qui conforte leurs convictions déjà établies et à rejeter celle qui s’y oppose. En l’espèce, la journaliste et le candidat fondent leurs assertions sur des faits bien établis, mais malheureusement incomplets, et c’est là que le bât blesse. On se souvient de la boutade fort à propos de Coluche : « Manifestation de policiers à Paris : 3 000 manifestants selon la police, 10 000 manifestants selon… les policiers. » Le point de...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L’univers numérique prépare-t-il un monde meilleur ou le meilleur des mondes ?
L’univers numérique prépare-t-il un monde meilleur ou le meilleur des mondes ? Abonnés

Internet est le terrain de jeu de nombreux sites indépendants d’information, mais aussi de Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, ces firmes américaines surpuissantes surnommées GAFAM. Quelle société ce mélange de médias pique-bœufs et de géants de la Silicon Valley va-t-il produire ? Un monde meilleur ou le meilleur des mondes ?

4 commentaires
Mediapart et France 2 petites méthodes et grandes oreilles
Mediapart et France 2 petites méthodes et grandes oreilles Abonnés

Au nom d’une certaine idée de la justice, Edwy Plenel s’est fait une spécialité : publier sur son site Mediapart le contenu d'écoutes téléphoniques. Nombre de médias applaudissent cette violation du secret de l’instruction, France 2 en tête. Au secours, la médiapartisation des esprits est en marche !

0 commentaire