Menu
revue
Souveraineté
Les bureaucraties d'État face à la souveraineté populaire Abonnés

La notion d’État profond s’est maintenant imposée dans le débat public. Tandis que certains y voient une théorie du complot, d’autres soulignent au contraire le poids grandissant des fonctionnaires de la haute administration publique et des organes d’influence privés sur notre vie démocratique. Qu’en est-il réellement ? Jusqu’à quel point l’ État profond  vient-il parasiter la souveraineté populaire  ?

Les bureaucraties d'État face à la souveraineté populaire


L’État profond a fait irruption dans le langage courant ces dernières années¹ . Cette formule est souvent associée à l’expression d’idées que l’on qualifie, à tort ou à raison, de « complotistes ». Pourtant, l’État profond est initialement un concept de la science politique parfaitement légitime. Son usage vise à analyser, ou à décrire, des situations où le pouvoir politique démocratiquement élu se heurte à des résistances venant de l’administration ou de la connivence entre une partie de cette administration et des intérêts particuliers. Il pose alors la question de l’« unité de l’État », une unité souvent postulée mais en réalité rarement observée. Alors que la légitimité démocratique est de plus en plus mise à mal, le concept d’État profond...

0 commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Rehabiliter l'assimilation
Rehabiliter l'assimilation Abonnés

Dans son dernier essai, Le Rêve de l'assimilation – De la Grèce antique à nos jours, Raphaël Doan, jeune prodige de la politique, se penche sur la conception de l'assimilation au sein de six civilisations distinctes : la Grèce antique, l'Empire romain, le monde arabe médiéval, la France d'avant la décolonisation, le Japon colonial et les États-Unis. Un panorama percutant et érudit, dont chaque page nous renvoie aux problèmes qui agitent la société française contemporaine.

commentaire
Que faire pour une France souveraine en matière d'immigration
Que faire pour une France souveraine en matière d'immigration Abonnés

En matière d’immigration, il n’existe hélas pas de chemin strictement vertueux, magique, qui ne léserait personne. Armés de ce constat, il faut tenter de répondre de la manière la plus raisonnable et décente aux différents volets du problème, guidés par le souci d’efficacité et l’intérêt général. Le président du mouvement République souveraine résume ici ses propositions.

commentaire
L'immigrationnisme, une ruse de la raison européenne
L'immigrationnisme, une ruse de la raison européenne Abonnés

Du point de vue des élites européennes, l’immigration incontrôlée représente une aubaine permettant d’affaiblir le sentiment national au sein des États et de fluidifier le marché du travail. Seulement, comment faire passer la pilule ? Comment interdire toute objection ? Par l'argument éthique, pardi ! Sachant que l'effet devient imparable dès lors que l'on agite l'épouvantail hitlérien et le croque-mitaine colonial.

commentaire