Menu
revue
Santé
"Une médecine rongée par le centralisme parisien" : l'interview de Didier Raoult Abonnés

L’interview de Didier Raoult par Zeina Trad

Les derniers mois ont révélé toutes les lourdeurs et les failles de notre système médical : entre l’hyperadministration des hôpitaux, la lenteur des décisions politiques, le manque de personnel soignant, l’effondrement de notre système de recherche, les guerres entre mandarins de l’université ou l’influence des lobbies pharmaceutiques, le bilan est décidément terrible. Alors que la France dépense davantage que quasiment tous les autres pays pour les soins, nous bénéficions d’un service de santé et de recherche chancelant, chaotique et normatif qui semble incapable de libérer la créativité des médecins. Le professeur Didier Raoult nous livre son analyse sans concession du mal-être médical français.

"Une médecine rongée par le centralisme parisien" : l'interview de Didier Raoult


F.P. : On a pu constater beaucoup de flottement dans la gestion de la crise sanitaire en France, à tel point que la plupart des malades ne pouvaient même pas bénéficier d’un traitement. Comment l’expliquer ? Faut-il y voir le poids du lobbying pharmaceutique ?

Didier Raoult : Ce n’est pas spécifique à la France. Nous épousons un modèle de développement médical basé sur une créativité médicamenteuse qui a commencé il y a un siècle et demi et qui a donné jusqu’au XXIe siècle des résultats spectaculaires, comme une augmentation de l’espérance de vie et une diminution de la mortalité infantile très significatives. Nous sommes passés depuis le XIXe siècle d’une espérance de vie aussi faible qu’à l’époque romaine à une espérance de vie très élev...

0 commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'art de la conversation
L'art de la conversation Abonnés

S’il y a bien une activité sociale qui fut portée au pinacle dans l’histoire française, c’est la conversation. Chez nous, à partir du XVIIe siècle, elle désigne la qualité de tout homme bien né, capable de parler avec grâce, finesse et amabilité. En toute chose, le Français aime séduire. Ce qui paraît de prime abord superficiel est amené dans notre tradition nationale jusqu’à un point de perfection qui en fait un authentique patrimoine culturel. La langue n’est plus alors un vulgaire outil destiné à la communication, elle devient une manière d’être.

commentaire
La France, plaisir du sens, plaisir des sens
La France, plaisir du sens, plaisir des sens Abonnés

Comment définir le génie français ? Qu’est-ce qui donne à la France cette singularité grâce à laquelle sa culture ne peut être confondue avec aucune autre ? Peut-être le goût de l’incarnation, et ainsi l’amour des sens en tant qu’ils définissent concrètement le sens de ce que nous faisons. Même dans sa philosophie, sa peinture ou sa musique, notre pays n’a jamais renoncé aux plaisirs ni ne s’est laissé écraser par les concepts abstraits. Sa civilisation est d’abord un art de vivre.

commentaire
Ces femmes françaises qui ont marqué leur siècle
Ces femmes françaises qui ont marqué leur siècle Abonnés

L’histoire de France ne s’écrit pas qu’au masculin car notre passé national a aussi été façonné par d’innombrables femmes d’exception, dont le courage a illuminé le pays, avant qu’un voile d’ingratitude ne vienne, trop souvent, rejeter leur souvenir dans l’oubli. Ces quelques portraits tentent, à leur manière, de réparer les injustices de notre mémoire officielle.

commentaire