Menu
revue
mondialisation
Le soft power mondial de George Soros

S’il est un homme qui incarne mieux qu’aucun autre la connivence de l’État profond, de la gouvernance mondiale et des grands intérêts financiers, c’est bien George Soros. Milliardaire américain d’origine hongroise, il a fait fortune en spéculant sur les devises et les actions, provoquant notamment une grave crise monétaire au Royaume-Uni après avoir parié à la baisse sur la livre sterling, en 1992. Ce financier sans scrupule n’en est pas moins un « philanthrope » qui investit des sommes colossales pour défendre ses idées politiques : ouverture tous azimuts des frontières, libération des mœurs, primauté des droits individuels sur les devoirs collectifs, etc.

Le soft power mondial de George Soros


Qu’il s’agisse de Victor Orban, Donald Trump, Vladimir Poutine ou Xi Jinping, tous considèrent George Soros comme une menace pour la sécurité de leur pays. Qui est ce « chef d’État sans État », comme il aime lui-même se définir, qui inquiète certains des plus puissants dirigeants politiques mondiaux ? Certains commentateurs le réduisent à son activité de spéculation et à ses affaires florissantes, d’autres le considèrent comme un philanthrope bienveillant, un progressiste radical qui, grâce à son immense fortune, finance de nobles causes.

La réalité est plus nuancée. George Soros est un pragmatique qui met sa fortune au service d’un idéal de société tout en s’enrichissant au prix de contradictions entre ce qu’il promeut et ce qu’il fait. Son...

OFFRE SPECIALE:

69€ (offre limitée)

Abonnez-vous pendant un an à Front Populaire (site + revue n°2, 3, 4 et 5) et recevez chez vous en plus le n° 1 (été 2020).

0 commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Les bureaucraties d'État face à la souveraineté populaire
Les bureaucraties d'État face à la souveraineté populaire

La notion d’État profond s’est maintenant imposée dans le débat public. Tandis que certains y voient une théorie du complot, d’autres soulignent au contraire le poids grandissant des fonctionnaires de la haute administration publique et des organes d’influence privés sur notre vie démocratique. Qu’en est-il réellement ? Jusqu’à quel point l’ État profond  vient-il parasiter la souveraineté populaire  ?

commentaire
La pub, une machine à laver le cerveau
La pub, une machine à laver le cerveau

L’un des principaux vecteurs de l’idéologie dominante constitue aujourd’hui la publicité, qui, sous prétexte de vendre des biens de consommation, véhicule un ensemble de valeurs implicites conformes aux impératifs de l’État profond. Et pour cause : le discours publicitaire se trouve pris en étau entre l’intimidation médiatique de groupes militants généralement ultraprogressistes et les normes de censure imposées par les pouvoirs publics. Le politiquement correct bénéficie par là même d’une arme de propagande redoutable.

commentaire
La finance internationale : un nouvel ordre qui dirige le monde
La finance internationale : un nouvel ordre qui dirige le monde

Le système monétaire et financier, que ce soit à l’échelle nationale ou internationale, a en grande partie dépossédé les citoyens de leurs prérogatives de gouvernement. Ce ne sont plus les États qui dirigent, mais les banques centrales – et à travers elles les experts qui travaillent en leur sein. Le nouvel ordre mondial voit ainsi l’avènement de la caste des banquiers commerçants, désormais dotée d’un pouvoir quasi absolu.

commentaire