Menu
revue
mondialisation
Le soft power mondial de George Soros Abonnés

S’il est un homme qui incarne mieux qu’aucun autre la connivence de l’État profond, de la gouvernance mondiale et des grands intérêts financiers, c’est bien George Soros. Milliardaire américain d’origine hongroise, il a fait fortune en spéculant sur les devises et les actions, provoquant notamment une grave crise monétaire au Royaume-Uni après avoir parié à la baisse sur la livre sterling, en 1992. Ce financier sans scrupule n’en est pas moins un « philanthrope » qui investit des sommes colossales pour défendre ses idées politiques : ouverture tous azimuts des frontières, libération des mœurs, primauté des droits individuels sur les devoirs collectifs, etc.

Le soft power mondial de George Soros


Qu’il s’agisse de Victor Orban, Donald Trump, Vladimir Poutine ou Xi Jinping, tous considèrent George Soros comme une menace pour la sécurité de leur pays. Qui est ce « chef d’État sans État », comme il aime lui-même se définir, qui inquiète certains des plus puissants dirigeants politiques mondiaux ? Certains commentateurs le réduisent à son activité de spéculation et à ses affaires florissantes, d’autres le considèrent comme un philanthrope bienveillant, un progressiste radical qui, grâce à son immense fortune, finance de nobles causes.

La réalité est plus nuancée. George Soros est un pragmatique qui met sa fortune au service d’un idéal de société tout en s’enrichissant au prix de contradictions entre ce qu’il promeut et ce qu’il fait. Son...

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Théorie du bourreau
Théorie du bourreau Gratuit

La dynamique n'est pas bonne : le fort se passe très bien de justice, et le juste renonce à la force. Devant cet inquiétant constat, Michel Onfray, co-fondateur de Front Populaire, présente quelques pistes de réflexion philosophiques pour rendre au peuple les clefs de sa propre défense. Pas de survie sans souveraineté. 

commentaire
Chine : La société du troisième oeil
Chine : La société du troisième oeil Abonnés

En Chine, un système d’espionnage à grande échelle a été mis en place grâce aux nouvelles technologies numériques et au prétexte de rendre la société plus juste et plus sûre. Des méthodes liberticides qui frappent à nos portes et montrent que les limites éthiques de l’intelligence artificielle ont d’ores et déjà été atteintes.

commentaire
Faut-il envoyer l'armée dans les banlieues ?
Faut-il envoyer l'armée dans les banlieues ? Abonnés

Signée en avril dernier par des milliers de militaires à la retraite, une tribune s’inquiète d’un risque en France de guerre civile, au cours de laquelle l'armée serait conduite à intervenir. Nous avons proposé à son rédacteur de débattre avec le président du mouvement République souveraine.

commentaire