revue
mondialisation
Le groupe Bilderberg et l’oligarchie mondiale Abonnés

Le groupe Bilderberg incarne un de ces réseaux fréquentés par le gratin du monde international de la politique et des affaires. On lui prête une influence majeure sur les grandes orientations internationales. Mais derrière ce club, c’est toute la question de l’oligarchie planétaire qui commence à se poser. Les hommes les plus puissants savent souvent s’allier pour défendre leurs intérêts, dans une économie où une poignée de milliardaires deviennent plus riches que tout le reste de la population.

Le groupe Bilderberg et l’oligarchie mondiale


Les théories du complot sont vieilles comme le monde et comme les complots. La littérature en est riche, citons comme exemple L’Histoire des Treize de Balzac et Un nommé Jeudi de Chesterton. Dans Coningsby (1844), un roman à clés, Disraeli¹ a dépeint un personnage nommé Sidonia, chef de deux internationales. Il prononce cette phrase lourde de sous-entendus : « Vous voyez donc, mon cher Coningsby, que le monde est gouverné par de tout autres personnages que se l’imaginent ceux qui ignorent les coulisses. » Sidonia est censé représenter Lionel Rothschild, et cette allusion au pouvoir des Juifs est devenue un thème récurrent de la littérature antisémite. Pourtant, si on retire ce message de son contexte, il pourrait parfaitement s’appliquer au club Bilderberg, qui n’a rien à voir avec les Juifs mais qui, par son goût du secret et son ingérence dans les affaires de ce monde, est jusqu’à présent l’objet favori des supputations complotistes.

Mais le club Bilderberg n’est pas une fiction née des « théories du complot » ; il a une réalité, même si on a parfois tendance à exagérer son influence. Et il convient de rappeler que son action internationale est corroborée par le Council of Foreign Relations, qui existe depuis 1921, et par la Commission trilatérale créée en 2003 par David Rockfeller et dirigée par Zbigniew Brzezinski. Même s’il y a entre ces organismes une répartition des rôles, ils ont des objectifs communs. Leurs membres sont souvent les mêmes. Leur but est la création d’un nouvel ordre mondial avec un marché unique, une monnaie unique, une pensée unique.

Ce but ne peut être atteint que par la suppression des États-nations, qui sont les vestiges de l’ancien monde, fauteur de guerres et de divisions. Les États-Unis d’Amérique ont mis sous leur coupe les États-Unis d’Europe. De même...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

La démocratie au péril de la démondialisation
La démocratie au péril de la démondialisation Abonnés

Alors que l’on s'est longtemps plu à croire que l’économie était enchâssée dans la démocratie, nous avons découvert qu’en réalité, au travers de la mondialisation, c’était bien souvent la démocratie qui était enchâssée dans l’économie. Mais la mondialisation est-elle la seule en cause ? Le problème n’est-il pas plus profondément enraciné dans les mythes du libéralisme ?

1 commentaire
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. »
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. » Abonnés

En France, tout candidat à l’élection présidentielle doit, s’il veut être officiellement autorisé à faire campagne, s’assurer de la « présentation » d'au moins 500 élus locaux. Nous avons demandé à l’un de nos plus grands constitutionnalistes de retracer l’histoire de cette procédure aux règles toujours plus complexes et aux effets toujours plus pervers.

0 commentaire
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat Abonnés

La démocratie libérale et représentative, qui régit la plupart des pays industrialisés, n’est-elle pas vouée à être remise en cause par la révolution technologique et la transition écologique en cours ? Pour Antoine Buéno, deux scénarios se dessinent à l’horizon : soit « la fin de l’Histoire », soit l’instauration de régimes illibéraux placés sous le signe de la défense de l’identité et de l’urgence climatique.

7 commentaires