Menu
revue
Complotisme
Les complotistes ont-ils toujours tort ?

Postuler l’influence des cadres de l’État profond sur le cours des politiques publiques revient pour certains à faire preuve de complotisme. Il est certes évident que depuis le XIXe siècle au moins, les théories du complot les plus fantasques ont fleuri pour expliquer tous les malheurs du monde : le Juif, le franc-maçon, le bolchevik, le capital ou le diable sont censés tirer les ficelles d’une grande machination internationale. Mais ce n’est pas parce que des esprits authentiquement paranoïaques ou fanatiques dénoncent des complots imaginaires qu’aucun complot n’a jamais été ourdi. En tant que citoyens, nous avons donc besoin de mobiliser notre esprit critique pour faire le tri entre le vrai et le faux.

Les complotistes ont-ils toujours tort ?

Depuis le milieu des années 2000, l’expression « théorie du complot » est passée dans le vocabulaire français courant, mais elle n’en reste pas moins critiquable, notamment en ce qu’elle semble prêter à de simples rumeurs ou à des hypothèses fantaisistes la rigueur ou le sérieux qu’on attend d’une théorie. La formule conspiracy theory of society, introduite en 1945 par Karl Popper dans La Société ouverte et ses ennemis, ne désignait pas une théorie à proprement parler mais une forme de croyance ou d’opinion que le philosophe considérait comme une pseudo-explication des phénomènes sociaux, fondée sur le primat des intentions et des intérêts de certaines catégories d’acteurs : « Selon la théorie de la conspiration, tout ce qui arrive a été voulu...

OFFRE SPECIALE:

69€ (offre limitée)

Abonnez-vous pendant un an à Front Populaire (site + revue n°2, 3, 4 et 5) et recevez chez vous en plus le n° 1 (été 2020).

0 commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Les bureaucraties d'État face à la souveraineté populaire
Les bureaucraties d'État face à la souveraineté populaire

La notion d’État profond s’est maintenant imposée dans le débat public. Tandis que certains y voient une théorie du complot, d’autres soulignent au contraire le poids grandissant des fonctionnaires de la haute administration publique et des organes d’influence privés sur notre vie démocratique. Qu’en est-il réellement ? Jusqu’à quel point l’ État profond  vient-il parasiter la souveraineté populaire  ?

commentaire
La pub, une machine à laver le cerveau
La pub, une machine à laver le cerveau

L’un des principaux vecteurs de l’idéologie dominante constitue aujourd’hui la publicité, qui, sous prétexte de vendre des biens de consommation, véhicule un ensemble de valeurs implicites conformes aux impératifs de l’État profond. Et pour cause : le discours publicitaire se trouve pris en étau entre l’intimidation médiatique de groupes militants généralement ultraprogressistes et les normes de censure imposées par les pouvoirs publics. Le politiquement correct bénéficie par là même d’une arme de propagande redoutable.

commentaire
La finance internationale : un nouvel ordre qui dirige le monde
La finance internationale : un nouvel ordre qui dirige le monde

Le système monétaire et financier, que ce soit à l’échelle nationale ou internationale, a en grande partie dépossédé les citoyens de leurs prérogatives de gouvernement. Ce ne sont plus les États qui dirigent, mais les banques centrales – et à travers elles les experts qui travaillent en leur sein. Le nouvel ordre mondial voit ainsi l’avènement de la caste des banquiers commerçants, désormais dotée d’un pouvoir quasi absolu.

commentaire