Menu
revue
Influence
Donald Trump vs. le deep state Abonnés

Alors que Donald Trump envisage l’État profond (deep state) comme un grand complot visant à le destituer, son ancien conseiller Steve Bannon a toujours remis en cause l’idée d’une conspiration contre le nouveau président des États-Unis. Pour lui, personne ne dirige en sous-main une collusion active destinée à faire aboutir le processus d’impeachment. La réalité de ce que Trump appelle l’État profond est tout autre, affirme Bannon : les hauts fonctionnaires de la machine administrative américaine sont en majorité démocrates, libre-échangistes et militairement interventionnistes. Ils n’ont pas besoin de se concerter en secret et d’ourdir une sombre manipulation pour enrayer le programme politique d’un Président qui leur déplaît. Ce n’est donc pas en déjouant un complot imaginaire que Trump démantèlera l’« État profond », mais en nommant des hommes de confiance aux postes stratégiques de l’appareil bureaucratique. Or, il n’a jamais pris la peine de le faire.

Donald Trump vs. le deep state


Le 6 janvier 2017, quelques semaines après son triomphe inattendu aux élections présidentielles américaines, Donald Trump reçoit dans son bureau de New York la visite de James Clapper, le directeur national du renseignement, accompagné des directeurs du FBI, de la CIA et de la NSA. Les quatre hommes lui présentent les conclusions de leurs services sur les tentatives supposées d’ingérence de la Russie dans le déroulement du processus électoral. Leur verdict est sans appel : oui, Vladimir Poutine a ordonné une campagne visant à discréditer la secrétaire d’État Hillary Clinton afin de réduire ses chances d’être élue et saboter sa potentielle présidence. En outre, Poutine et le gouvernement russe ont développé une nette préférence pour le candidat...

0 commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Rehabiliter l'assimilation
Rehabiliter l'assimilation Abonnés

Dans son dernier essai, Le Rêve de l'assimilation – De la Grèce antique à nos jours, Raphaël Doan, jeune prodige de la politique, se penche sur la conception de l'assimilation au sein de six civilisations distinctes : la Grèce antique, l'Empire romain, le monde arabe médiéval, la France d'avant la décolonisation, le Japon colonial et les États-Unis. Un panorama percutant et érudit, dont chaque page nous renvoie aux problèmes qui agitent la société française contemporaine.

commentaire
Que faire pour une France souveraine en matière d'immigration
Que faire pour une France souveraine en matière d'immigration Abonnés

En matière d’immigration, il n’existe hélas pas de chemin strictement vertueux, magique, qui ne léserait personne. Armés de ce constat, il faut tenter de répondre de la manière la plus raisonnable et décente aux différents volets du problème, guidés par le souci d’efficacité et l’intérêt général. Le président du mouvement République souveraine résume ici ses propositions.

commentaire
L'immigrationnisme, une ruse de la raison européenne
L'immigrationnisme, une ruse de la raison européenne Abonnés

Du point de vue des élites européennes, l’immigration incontrôlée représente une aubaine permettant d’affaiblir le sentiment national au sein des États et de fluidifier le marché du travail. Seulement, comment faire passer la pilule ? Comment interdire toute objection ? Par l'argument éthique, pardi ! Sachant que l'effet devient imparable dès lors que l'on agite l'épouvantail hitlérien et le croque-mitaine colonial.

commentaire