revue
mondialisation
Comment la France peut-elle sauver sa place dans la gouvernance mondiale ? Abonnés

L’idéologie dominante de l’État profond s’est cristallisée à l’échelle internationale à travers des organes de gouvernance qui imposent leurs diktats aux nations : ONU, OMC, multinationales, banques, ONG, marchent ainsi main dans la main pour brimer la souveraineté des États. Comment cette gouvernance s’est-elle érigée, et comment pouvons-nous désormais en sortir ? De la réponse à ces questions dépendra la place de la France dans le concert mondial au cours des prochaines décennies.

Comment la France peut-elle sauver sa place dans la gouvernance mondiale ?


La gouvernance mondiale a commencé. Elle se poursuivra en se transformant. Le système actuel, né dans les années 1970, n’est déjà plus le multilatéralisme de 1945. Il vit aujourd’hui à son tour une période charnière de son évolution. Les États sont particulièrement concernés. Pour perdurer, ils doivent se préparer à intervenir dans le formatage d’un nouveau schéma. Pour cela, il est nécessaire de bien comprendre les origines du système actuel, d’identifier les forces qui œuvrent à le reconfigurer et de rechercher les leviers d’action encore possibles.

LA GOUVERNANCE LIBÉRALO-MORALE ISSUE DES ANNÉES 1970 EST À BOUT DE SOUFFLE

Ce que l’on appelle aujourd’hui gouvernance mondiale ne relève plus seulement des institutions multilatérales, il s’agit d’un système englobant, composé d’acteurs divers (les « parties prenantes ») qui participent au « management » de la société mondiale (d’où le mot de « gouvernance », en principe réservé au rôle des organes dirigeants des entreprises). Ce système a permis le développement d’un libéralisme de plus en plus financiarisé et dérégulé, avec le soutien du concept extraordinairement fécond du développement durable, né officiellement en 1989 mais en gestation depuis les années 1970.

Ces années furent très troublées sur tous les continents et amenèrent de multiples réflexions. L’une d’entre elles participera à un tournant de la direction du monde. En 1972, le club de Rome, un groupe issu de l’OCDE et composé de fonctionnaires internationaux, de scientifiques et d’industriels, avec l’appui de la fondation Rockefeller, publie un rapport disruptif (rédigé par une équipe de chercheurs du MIT) intitulé The limits to growth, les limites à la croissance, et la même année, le sommet de l’ONU de Stockholm aborde le thème de l’amélioration des conditions d’existence à long terme de l’humanité. Le concept du développement durable naît peu après, à partir de travaux de...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

La démocratie au péril de la démondialisation
La démocratie au péril de la démondialisation Abonnés

Alors que l’on s'est longtemps plu à croire que l’économie était enchâssée dans la démocratie, nous avons découvert qu’en réalité, au travers de la mondialisation, c’était bien souvent la démocratie qui était enchâssée dans l’économie. Mais la mondialisation est-elle la seule en cause ? Le problème n’est-il pas plus profondément enraciné dans les mythes du libéralisme ?

1 commentaire
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. »
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. » Abonnés

En France, tout candidat à l’élection présidentielle doit, s’il veut être officiellement autorisé à faire campagne, s’assurer de la « présentation » d'au moins 500 élus locaux. Nous avons demandé à l’un de nos plus grands constitutionnalistes de retracer l’histoire de cette procédure aux règles toujours plus complexes et aux effets toujours plus pervers.

0 commentaire
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat Abonnés

La démocratie libérale et représentative, qui régit la plupart des pays industrialisés, n’est-elle pas vouée à être remise en cause par la révolution technologique et la transition écologique en cours ? Pour Antoine Buéno, deux scénarios se dessinent à l’horizon : soit « la fin de l’Histoire », soit l’instauration de régimes illibéraux placés sous le signe de la défense de l’identité et de l’urgence climatique.

7 commentaires