Menu
revue
Effondrement de l’école et conditions de sa reconstruction

Notre école, peuplée d’enseignants dévalués, est devenue une usine à produire du consentement, des idées toutes faites imbibées de novlangue progressiste et des cervelles programmées pour consommer. Pourtant, lieu d’apprentissage de la liberté par les savoirs, l’école reste le début et la finalité de toute ambition de restauration de notre souveraineté. Comment faire alors pour la réévaluer ? Barbara Lefebvre avance quelques pistes pour penser l’école du monde d’après.

Effondrement de l’école et conditions de sa reconstruction

Charles Péguy écrivait en 1913 : « Nous avons connu un peuple que l’on ne reverra jamais. » Nous pourrions dire : « Nous avons connu une école que l’on ne reverra jamais. » Péguy, qui avait connu l’école de la République émancipatrice et intellectuellement exigeante de la fin du XIXe siècle décelait, à peine trois décennies plus tard, les germes destructeurs qui conduiraient à sa lente déliquescence : l’intrusion de l’idéologie politique dans l’enseignement, l’instrumentalisation de l’institution scolaire pour mieux dompter et manipuler le peuple souverain. Au nom du progrès et d’un scientisme asséchant, on promit aux citoyens de toutes classes sociales une libération qui fit longtemps illusion jusqu’à ce que la massification scolaire vienne...

Profitez de notre offre spéciale jusqu'au 31/07/2020

Un an d'abonnement 
papier + site 
54€ au lieu de 89€

soit une économie de 39%


0 commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Ces livres qui prêtent leur voix au peuple souverain
Ces livres qui prêtent leur voix au peuple souverain

Faire écho à nos analyses, commentaires ou propositions, faire vivre la littérature, les essais, à travers une sélection subjective de livres récents, plus anciens ou encore classiques, c’est l’ambition de la rubrique de Frank Lanot. Et toujours se souvenir que l’art de lire, c’est l’art de penser avec un peu d’aide.

commentaire
Trois boussoles pour la laïcité
Trois boussoles pour la laïcité

Dieu et Marianne ont vécu longtemps, affranchis l’un de l’autre, et n’avaient plus à se faire alliés ou ennemis, car ils relevaient de registres rigoureusement distincts, grâce à la séparation laïque. Mais de nouvelles revendications et de dérives fondamentalistes ont remis le combat pour la laïcité au cœur du jeu pour notre République. Le droit à la différence, expression ambiguë, risque de se muer en différence des droits. Il est donc temps de reconsidérer notre émancipation par la laïcité.

commentaire
Nous nous vivions puissance, nous nous sommes réveillés nus... et barbares.
Nous nous vivions puissance, nous nous sommes réveillés nus... et barbares.

Avec la crise, nous sommes mis face à une réalité cruelle : il n’y a guère d’avenir pour ceux qui n’ont ni souveraineté, ni capacité de production, ni crédibilité dans la menace. Face à cette barbarie qui nous guette de toutes parts, il faudra, pour reconstruire, réinvestir les champs de la culture et de la représentation.

commentaire