Menu
revue
Rencontre unique avec deux ex-Insoumis

Ils appartenaient tous les deux à La France insoumise, avant d’en claquer la porte. Georges Kuzmanovic a monté son propre parti souverainiste, Andréa Kotarac a rejoint le Rassemblement national. Sur la question de l’immigration, comme au-delà, cette interview croisée est l’occasion de comprendre leurs points de convergence ainsi que leurs divergences.

Rencontre unique avec deux ex-Insoumis

F.P. : Avant la crise du coronavirus, vous avez tous les deux décidé de quitter La France insoumise, pourquoi ?

Georges Kuzmanovic : Pour ma part, cela remonte à presque deux ans. C’est consommé. Le 23 mars dernier, nous avons fêté le premier anniversaire de la création de République souveraine. Au moment de mon départ, en novembre 2018, je m’étais clairement exprimé sur mes raisons dans les colonnes de Marianne : j’ai quitté La France insoumise principalement parce que ce qui en avait fait la force lors de la campagne présidentielle de 2017 était mis au second plan. Je parle de la nécessité de reconquérir la souveraineté sous toutes ses formes et de la critique radicale de l’Union européenne – à changer ou à quitter. Ce virage qui, à l’époque...

Profitez de notre offre spéciale jusqu'au 31/07/2020

Un an d'abonnement 
papier + site 
54€ au lieu de 89€

soit une économie de 39%


0 commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Ces livres qui prêtent leur voix au peuple souverain
Ces livres qui prêtent leur voix au peuple souverain

Faire écho à nos analyses, commentaires ou propositions, faire vivre la littérature, les essais, à travers une sélection subjective de livres récents, plus anciens ou encore classiques, c’est l’ambition de la rubrique de Frank Lanot. Et toujours se souvenir que l’art de lire, c’est l’art de penser avec un peu d’aide.

commentaire
Trois boussoles pour la laïcité
Trois boussoles pour la laïcité

Dieu et Marianne ont vécu longtemps, affranchis l’un de l’autre, et n’avaient plus à se faire alliés ou ennemis, car ils relevaient de registres rigoureusement distincts, grâce à la séparation laïque. Mais de nouvelles revendications et de dérives fondamentalistes ont remis le combat pour la laïcité au cœur du jeu pour notre République. Le droit à la différence, expression ambiguë, risque de se muer en différence des droits. Il est donc temps de reconsidérer notre émancipation par la laïcité.

commentaire
Nous nous vivions puissance, nous nous sommes réveillés nus... et barbares.
Nous nous vivions puissance, nous nous sommes réveillés nus... et barbares.

Avec la crise, nous sommes mis face à une réalité cruelle : il n’y a guère d’avenir pour ceux qui n’ont ni souveraineté, ni capacité de production, ni crédibilité dans la menace. Face à cette barbarie qui nous guette de toutes parts, il faudra, pour reconstruire, réinvestir les champs de la culture et de la représentation.

commentaire