Menu
revue
Souverainisme
Le souverainisme est un nationalisme bien compris

« Je crois qu’il faut choisir son camp. Mais vous êtes passeur de frontières. Je suis gardien de frontières. Chacun sa nature », écrivait Louis Pauwels. Des années plus tard, et vu de Québec, Mathieu Bock-Côté remet la question de l’appartenance à une nation – qui est selon lui la clé pour le consentement des hommes à l’autorité – au centre de toutes les interrogations. Trop longtemps en effet, la modernité a cherché à liquider les appartenances particulières, assimilées à des résidus folkloriques.

Le souverainisme est un nationalisme bien compris

Pourquoi y a-t-il plusieurs États plutôt qu’un seul ? Cette question aurait pu être au fondement de la philosophie politique moderne. À tout le moins, elle aurait dû y trouver une place, au moment où elle entreprit de rationaliser les fondements de la légitimité politique, en cherchant plus exactement à expliciter les mécanismes qui poussent les hommes à consentir à l’autorité. Sauf exceptions, ce ne fut pas vraiment le cas : depuis Hobbes, les théoriciens du contrat social (Rousseau mis à part), élaborèrent la matrice d’une communauté politique potentiellement universelle, valable pour tous les hommes et ne portant pas une attention particulière à la diversité du monde, comme si elle était accidentelle. En suivant la pente de leur raisonnement...

0 commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L'art de la conversation
L'art de la conversation

S’il y a bien une activité sociale qui fut portée au pinacle dans l’histoire française, c’est la conversation. Chez nous, à partir du XVIIe siècle, elle désigne la qualité de tout homme bien né, capable de parler avec grâce, finesse et amabilité. En toute chose, le Français aime séduire. Ce qui paraît de prime abord superficiel est amené dans notre tradition nationale jusqu’à un point de perfection qui en fait un authentique patrimoine culturel. La langue n’est plus alors un vulgaire outil destiné à la communication, elle devient une manière d’être.

commentaire
La France, plaisir du sens, plaisir des sens
La France, plaisir du sens, plaisir des sens

Comment définir le génie français ? Qu’est-ce qui donne à la France cette singularité grâce à laquelle sa culture ne peut être confondue avec aucune autre ? Peut-être le goût de l’incarnation, et ainsi l’amour des sens en tant qu’ils définissent concrètement le sens de ce que nous faisons. Même dans sa philosophie, sa peinture ou sa musique, notre pays n’a jamais renoncé aux plaisirs ni ne s’est laissé écraser par les concepts abstraits. Sa civilisation est d’abord un art de vivre.

commentaire
Ces femmes françaises qui ont marqué leur siècle
Ces femmes françaises qui ont marqué leur siècle

L’histoire de France ne s’écrit pas qu’au masculin car notre passé national a aussi été façonné par d’innombrables femmes d’exception, dont le courage a illuminé le pays, avant qu’un voile d’ingratitude ne vienne, trop souvent, rejeter leur souvenir dans l’oubli. Ces quelques portraits tentent, à leur manière, de réparer les injustices de notre mémoire officielle.

commentaire