revue
Du "génie" politique national Abonnés

À travers son histoire, la France s’est distinguée aux yeux du monde par son goût affiché de la liberté. L’unité du pays fut affirmée très tôt dans le cadre d’une lutte acharnée contre les tyrannies du système féodal, et la Révolution de 1789 s’opposa aux iniquités de l’Ancien Régime. Le caractère singulier de notre rapport national à la politique réside dès lors, peut-être, dans cette remise en cause permanente de toutes les structures d’oppression, dont nos institutions furent souvent les héritières.

Du "génie" politique national

 

Génie de la France ou génie des Français ? La question a été posée depuis fort longtemps. Les formulations diffèrent dans le temps ; on parlerait, aujourd’hui, d’exception française. L’expression « génie » semble d’ailleurs bien imprégnée d’idéalisme, voire sous-tendue par un imaginaire religieux. Il n’y a peut-être pas si loin du génie de la France à l’idée de peuple élu. Que veut-on donc dire par le génie d’un pays ? En quoi, pour un matérialiste, une nation — dont il n’est pas ici question de nier l’importance — pourrait-elle avoir du génie ?

Alors, assurément, on dira que l’histoire de notre pays est particulière et qu’elle regorge de personnages illustres. Mais n’est-ce pas aussi le cas de celle d’autres pays ? Pourtant, la phrase finale de Karl Marx dans son Introduction de la contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel¹ (1843) apporte un nouvel éclairage : « Quand toutes les conditions intérieures auront été remplies, le jour de la résurrection allemande sera annoncé par le chant éclatant du coq gaulois ». Elle met donc bien en lumière la présence d’une « exception française », qui n’est que l’un des autres noms du génie de la France.

LA PLACE DE L’ÉTAT EN FRANCE

Marx, dans cette œuvre de jeunesse, reconnaît ainsi à la France une spécificité : celle d’être constituée par un peuple en lequel s’incarne le génie du politique. Il est vrai qu’il est, à l’époque, un lecteur d’Emmanuel- Joseph Sieyès². Mais il ne limite pas ses lectures à l’auteur du fameux Qu’est-ce que le Tiers-État ? Marx fut aussi un lecteur attentif de François Guizot.

Homme étrange que ce dernier. Il compta incontestablement parmi les grands historiens du XIXe siècle, et sa production est énorme. Il fut aussi un homme politique, et le...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L’univers numérique prépare-t-il un monde meilleur ou le meilleur des mondes ?
L’univers numérique prépare-t-il un monde meilleur ou le meilleur des mondes ? Abonnés

Internet est le terrain de jeu de nombreux sites indépendants d’information, mais aussi de Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, ces firmes américaines surpuissantes surnommées GAFAM. Quelle société ce mélange de médias pique-bœufs et de géants de la Silicon Valley va-t-il produire ? Un monde meilleur ou le meilleur des mondes ?

4 commentaires
Mediapart et France 2 petites méthodes et grandes oreilles
Mediapart et France 2 petites méthodes et grandes oreilles Abonnés

Au nom d’une certaine idée de la justice, Edwy Plenel s’est fait une spécialité : publier sur son site Mediapart le contenu d'écoutes téléphoniques. Nombre de médias applaudissent cette violation du secret de l’instruction, France 2 en tête. Au secours, la médiapartisation des esprits est en marche !

0 commentaire