revue
La cuisine de Paris et des terroirs Abonnés

S’il y a bien un domaine dans lequel la France s’est illustrée à travers le globe, c’est la cuisine. Notre tradition culinaire et gastronomique est célèbre dans le monde entier grâce à nos grands chefs, mais les arts de la table occupent une place de choix jusque dans les foyers populaires. Bien manger et bien boire, chez les héritiers de Rabelais, témoigne d’une sophistication du quotidien qui s’est démocratisée au point de s’étendre à toutes les couches de la société et de définir un véritable modèle de civilisation.

La cuisine de Paris et des terroirs


F.P. :

La France est réputée à travers le monde pour sa gastronomie. Cette tradition est-elle ancienne ? De quand date précisément la relation toute particulière qu’entretiennent les Français avec les arts de la table ?

PATRICK RAMBOURG :

Oui, c’est en effet une très longue histoire ! Il est vrai que beaucoup de Français l’ignorent, et je crois même que certains cuisiniers ne se rendent pas compte du caractère extrêmement ancien de la cuisine et de la gastronomie françaises. On fait souvent référence aux chefs cuisiniers Antonin Carême (1784-1833) ou Auguste Escoffier (1846-1935), en oubliant tous ceux qui les ont précédés.

On doit remonter à la fin du Moyen Âge pour trouver les premiers traités culinaires en langue française. Certes, à cette période, des ouvrages en langue vernaculaire apparaissent un peu partout en Europe. Les recettes qui sont transcrites aux XIVe et XVe siècles présentent une cuisine aristocratique, qui est en même temps internationale. Mais, dès le XVIe siècle, on constate que l’art de manger à la française, l’art de cuisiner à la française, commencent à devenir un modèle pour les autres cultures européennes, avant que la France ne s’impose comme une référence culinaire et gastronomique incontestable à partir du XVIIe. Par exemple, des Italiens viennent alors en France et, de retour chez eux, parlent de ces cuisiniers français qui rôtissent la viande comme personne ne le fait ailleurs.

Durant le Grand Siècle, la France constitue un des principaux pays d’Europe. C’est l’ère de Louis XIII, de Louis XIV et donc aussi de Versailles. Mais Versailles ne fait pas tout, loin de là : le rôle de Paris ne saurait en aucun cas être négligé. Le pays ayant été centralisé très tôt dans son histoire, la capitale y jouit d’une aura considérable. Paris va donc grandement contribuer à transmettre...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

La démocratie au péril de la démondialisation
La démocratie au péril de la démondialisation Abonnés

Alors que l’on s'est longtemps plu à croire que l’économie était enchâssée dans la démocratie, nous avons découvert qu’en réalité, au travers de la mondialisation, c’était bien souvent la démocratie qui était enchâssée dans l’économie. Mais la mondialisation est-elle la seule en cause ? Le problème n’est-il pas plus profondément enraciné dans les mythes du libéralisme ?

1 commentaire
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. »
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. » Abonnés

En France, tout candidat à l’élection présidentielle doit, s’il veut être officiellement autorisé à faire campagne, s’assurer de la « présentation » d'au moins 500 élus locaux. Nous avons demandé à l’un de nos plus grands constitutionnalistes de retracer l’histoire de cette procédure aux règles toujours plus complexes et aux effets toujours plus pervers.

0 commentaire
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat Abonnés

La démocratie libérale et représentative, qui régit la plupart des pays industrialisés, n’est-elle pas vouée à être remise en cause par la révolution technologique et la transition écologique en cours ? Pour Antoine Buéno, deux scénarios se dessinent à l’horizon : soit « la fin de l’Histoire », soit l’instauration de régimes illibéraux placés sous le signe de la défense de l’identité et de l’urgence climatique.

7 commentaires