revue
Le pays et ses paysages Abonnés

La France peut s’enorgueillir d’une incroyable diversité de paysages qui font sa richesse aux yeux de nos concitoyens, mais aussi des touristes venus du monde entier. Pourtant, les paysages français n’ont cessé d’évoluer, parfois pour le meilleur, et parfois pour le pire sous l’effet d’une modernisation à bâtons rompus. Des collectifs d’habitants tentent aujourd’hui de s’organiser, accompagnant ainsi l’aménagement des territoires et favorisant un cadre de vie de qualité.

Le pays et ses paysages


Le paysage fait partie des souvenirs de vacances de tout un chacun. Mais peu d’entre nous savent que le Conseil de l’Europe a adopté, en octobre 2000 à Florence, une Convention européenne du paysage. Pourquoi une telle convention ? Celle-ci définit le paysage comme « une partie de territoire telle que perçue par les populations, dont le caractère résulte de l’action de facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations ». Par ailleurs, elle précise qu’elle « s’applique à tout le territoire des Parties et porte sur les espaces naturels, ruraux, urbains et périurbains. Elle inclut les espaces terrestres, les eaux intérieures et maritimes. Elle concerne, tant les paysages pouvant être considérés comme remarquables, que les paysages du quotidien et les paysages dégradés. ». C’est donc dire que le paysage est celui de notre cadre de vie quotidien.

C’est sous cette acception qu’il faut désormais comprendre le paysage, que chaque individu perçoit selon ses aspirations, sa mémoire, sa culture. Cependant, les paysages français n’ont pas cessé de changer, depuis la nuit des temps. Quel était le paysage des sociétés de l’ère néolithique et comment les hommes de cette époque le percevaient-ils ? Le mot lui-même n’existait pas encore : il est apparu en 1549 dans la langue française et en 1462 dans la langue flamande sous le terme « Lantscap ». Il signifiait alors la relation entre le pays (« Land », ici « Lant ») et la communauté (« Scap », en allemand « Schaft »). Ce sens le plaçait dans le domaine de l’aménagement du territoire à une époque où les paysans des frises de la mer du Nord s’isolaient dans les marais pour échapper aux pressions des seigneurs. Ce qui ne voulait pas dire que le paysage était éloigné du domaine artistique ; de nombreux peintres se...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

La démocratie au péril de la démondialisation
La démocratie au péril de la démondialisation Abonnés

Alors que l’on s'est longtemps plu à croire que l’économie était enchâssée dans la démocratie, nous avons découvert qu’en réalité, au travers de la mondialisation, c’était bien souvent la démocratie qui était enchâssée dans l’économie. Mais la mondialisation est-elle la seule en cause ? Le problème n’est-il pas plus profondément enraciné dans les mythes du libéralisme ?

1 commentaire
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. »
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. » Abonnés

En France, tout candidat à l’élection présidentielle doit, s’il veut être officiellement autorisé à faire campagne, s’assurer de la « présentation » d'au moins 500 élus locaux. Nous avons demandé à l’un de nos plus grands constitutionnalistes de retracer l’histoire de cette procédure aux règles toujours plus complexes et aux effets toujours plus pervers.

0 commentaire
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat Abonnés

La démocratie libérale et représentative, qui régit la plupart des pays industrialisés, n’est-elle pas vouée à être remise en cause par la révolution technologique et la transition écologique en cours ? Pour Antoine Buéno, deux scénarios se dessinent à l’horizon : soit « la fin de l’Histoire », soit l’instauration de régimes illibéraux placés sous le signe de la défense de l’identité et de l’urgence climatique.

7 commentaires