revue
Peut-on encore comprendre la France coloniale ? Abonnés

Les passions se ravivent aujourd’hui autour de la mémoire coloniale. À l’heure du « décolonialisme », la France est sommée de se repentir de tous ses méfaits passés, jugés en fonction de la situation actuelle plutôt que dans le contexte de l’époque. La diabolisation de l’empire français succède ainsi à l’angélisme des anciens colonisateurs, qui étaient parfois sincèrement persuadés d’apporter la seule et unique civilisation à des peuples barbares. L’histoire, cependant, n’est là ni pour condamner ni pour tresser des lauriers ; elle a seulement pour tâche d’étudier, afin d’informer le jugement. Sans doute avons-nous besoin d’une cure d’objectivité et de nuance.

Peut-on encore comprendre la France coloniale ?


En cette fin d’automne 2020, il paraîtrait incongru, pour ne pas dire provocateur, de faire de l’empire colonial un motif d’« aimer la France ». Cependant, il y a moins d’un siècle, en 1930, les autorités gouvernementales célébraient le centenaire de la conquête de l’Algérie puis, en 1931, l’empire colonial et la colonisation européenne à travers une exposition retentissante au bois de Vincennes. De « l’épopée coloniale » à la « plus grande France », les formules rivalisaient pour défendre ce que le radical Albert Sarraut, ancien ministre des Colonies, qualifiait de « grandeur » et de « servitude ».

Alors que se profile le soixantième anniversaire des indépendances africaines et de la fin de la guerre d’Algérie (2022), les regards sont bien différents pour ne pas dire opposés. En 2006, le très regretté historien Daniel Lefeuvre en appelait dans un livre magistral à « en finir avec la repentance coloniale », sans pour autant verser dans une quelconque apologie de la colonisation. Il présentait ainsi ceux qu’il désignait sous le nom de « repentants » : « Leur Histoire n’est pas une histoire de la colonisation, mais un simple florilège de discours tenus sur la colonisation. […]. Un collage qui méprise un principe tout simple, mais essentiel : la chronologie. Pour eux, le temps colonial est immuable, caractérisé par une continuité sans faille des principes et des pratiques. […] On pourrait, et certains ne s’en privent d’ailleurs pas, écrire avec ce même procédé un Livre blanc de la colonisation. Rien ne serait plus facile, en effet, que de faire un volume de citations à la gloire de l’œuvre coloniale de la France, y compris tirées d’auteurs “indigènes”. »¹

Si ces observations n’ont rien perdu de leur acuité, elles prennent aussi tout leur sens rapportées à un article de Daniel...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

La démocratie au péril de la démondialisation
La démocratie au péril de la démondialisation Abonnés

Alors que l’on s'est longtemps plu à croire que l’économie était enchâssée dans la démocratie, nous avons découvert qu’en réalité, au travers de la mondialisation, c’était bien souvent la démocratie qui était enchâssée dans l’économie. Mais la mondialisation est-elle la seule en cause ? Le problème n’est-il pas plus profondément enraciné dans les mythes du libéralisme ?

1 commentaire
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. »
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. » Abonnés

En France, tout candidat à l’élection présidentielle doit, s’il veut être officiellement autorisé à faire campagne, s’assurer de la « présentation » d'au moins 500 élus locaux. Nous avons demandé à l’un de nos plus grands constitutionnalistes de retracer l’histoire de cette procédure aux règles toujours plus complexes et aux effets toujours plus pervers.

0 commentaire
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat Abonnés

La démocratie libérale et représentative, qui régit la plupart des pays industrialisés, n’est-elle pas vouée à être remise en cause par la révolution technologique et la transition écologique en cours ? Pour Antoine Buéno, deux scénarios se dessinent à l’horizon : soit « la fin de l’Histoire », soit l’instauration de régimes illibéraux placés sous le signe de la défense de l’identité et de l’urgence climatique.

7 commentaires