revue
Société
Migrants toutes catégories Abonnés

À l’heure des nouvelles technologies de l’information, de la mondialisation marchande et des nouvelles revendications identitaires partout sur la planète, la question migratoire ne peut plus se penser avec les catégories du XXe siècle, analyse le fondateur de l’Université de tous les savoirs, qui plaide pour une redéfinition des termes de la citoyenneté et de la naturalisation des étrangers.

Migrants toutes catégories

On parlait autrefois, c’est-à-dire il n’y a pas si longtemps, d’« émigrés », d’« immigrés », de « réfugiés », de « nomades », d’« indigènes », d’« autochtones » et même, quand on était savant, d’« aborigènes ». On ne faisait pas encore le lien avec les touristes, ces immigrés qui paient pour venir et repartent. Non plus qu’avec les colons, ces immigrés qui prennent, là où ils s’installent, le pouvoir, les terres, le commerce et les femmes.

Ces dernières années, le vocabulaire s’est merveilleusement simplifié : il y a des « migrants », des « expatriés » et ce que madame Houria Bouteldja, elle-même indigène de deux pays, appelle des « souchiens », évidemment sans la moindre suggestion d’infériorité animale...

Laissons de côté les expatriés, dont l’analyse est pourtant intéressante car ce sont des immigrés bureaucratiquement reconnus, mi-touristes, mi-colons, installés plus ou moins longuement ici ou là en apportant leurs compétences et en jouissant en retour d’avantages financiers et fiscaux.

La notion de migrant a un grand avantage : elle recoupe à peu près toutes les notions du passé. Son flou permet de jouer sur tous les tableaux : ceux de la durée (repartira-repartira pas ?), du droit (le droit des gens), de la bienveillance (le « prochain » des religions chrétiennes), de l’assistance (charité et business), de l’emploi (la main-d’œuvre bon marché), du commerce (le client des passeurs) – voire de la politique et de la guerre (la horde d’envahisseurs dont Erdogan menace l’Union européenne, les soldats du djihad en mal de rapatriement pour poursuite d’activités).

Un migrant, ce peut être un réfugié persécuté (pour des raisons très différentes), un candidat à l’immigration définitive et au changement de monde, un expatrié resté en contact avec son origine et contribuant à la subsistance de ceux qu’il a quittés...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

La démocratie au péril de la démondialisation
La démocratie au péril de la démondialisation Abonnés

Alors que l’on s'est longtemps plu à croire que l’économie était enchâssée dans la démocratie, nous avons découvert qu’en réalité, au travers de la mondialisation, c’était bien souvent la démocratie qui était enchâssée dans l’économie. Mais la mondialisation est-elle la seule en cause ? Le problème n’est-il pas plus profondément enraciné dans les mythes du libéralisme ?

1 commentaire
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. »
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. » Abonnés

En France, tout candidat à l’élection présidentielle doit, s’il veut être officiellement autorisé à faire campagne, s’assurer de la « présentation » d'au moins 500 élus locaux. Nous avons demandé à l’un de nos plus grands constitutionnalistes de retracer l’histoire de cette procédure aux règles toujours plus complexes et aux effets toujours plus pervers.

0 commentaire
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat Abonnés

La démocratie libérale et représentative, qui régit la plupart des pays industrialisés, n’est-elle pas vouée à être remise en cause par la révolution technologique et la transition écologique en cours ? Pour Antoine Buéno, deux scénarios se dessinent à l’horizon : soit « la fin de l’Histoire », soit l’instauration de régimes illibéraux placés sous le signe de la défense de l’identité et de l’urgence climatique.

7 commentaires