Menu
revue
Société
Migrants toutes catégories Abonnés

À l’heure des nouvelles technologies de l’information, de la mondialisation marchande et des nouvelles revendications identitaires partout sur la planète, la question migratoire ne peut plus se penser avec les catégories du XXe siècle, analyse le fondateur de l’Université de tous les savoirs, qui plaide pour une redéfinition des termes de la citoyenneté et de la naturalisation des étrangers.

Migrants toutes catégories

On parlait autrefois, c’est-à-dire il n’y a pas si longtemps, d’« émigrés », d’« immigrés », de « réfugiés », de « nomades », d’« indigènes », d’« autochtones » et même, quand on était savant, d’« aborigènes ». On ne faisait pas encore le lien avec les touristes, ces immigrés qui paient pour venir et repartent. Non plus qu’avec les colons, ces immigrés qui prennent, là où ils s’installent, le pouvoir, les terres, le commerce et les femmes.

Ces dernières années, le vocabulaire s’est merveilleusement simplifié : il y a des « migrants », des « expatriés » et ce que madame Houria Bouteldja, elle-même indigène de deux pays, appelle des « souchiens », évidemment sans la moindre suggestion d’infériorité animale...

Laissons de côté les expatriés, dont...

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Plaidoyer pour un (authentique) service public de l’énergie
Plaidoyer pour un (authentique) service public de l’énergie Abonnés

Fin connaisseur du métier de l’énergie, Philippe Boineau se méfie du discours creux, voir fallacieux, des fournisseurs privés de gaz et d’électricité qui se proclament “leaders de la transition environnementale”. Et défend le “Programme progressiste de l’énergie” (1) proposé par la CGT pour faire renaître un service public de l’énergie qui assumerait la nécessité du nucléaire et serait placé sous le contrôle du peuple souverain.

commentaire
Nucléaire et écologie: pourquoi ce n’est pas incompatible
Nucléaire et écologie: pourquoi ce n’est pas incompatible Abonnés

Loin des raccourcis et de croyances, Gérard Michel pose de la manière la plus scientifique possible la question de l’énergie nucléaire et sa place au cœur de notre civilisation techno-industrielle.

commentaire
Journal de l'anagramme
Journal de l'anagramme Abonnés

ANAGRAMME : n. f. du grec anagramma, renversement de lettres. Dans son journal de l’anagramme, l’écrivain Jacques Perry-Salkow, amoureux de la langue française, digne héritier de Georges Perec, nous propose de déconstruire les mots de l’actualité et de les reconstruire pour en révéler leur sens caché. Un exercice aussi diffifficile que jubilatoire.

commentaire