revue
Coopération
Pourquoi et comment refonder nos relations avec les pays du Maghreb ? Abonnés

Immigration oblige, la France a conservé des liens très étroits avec ses anciennes colonies du nord-ouest de l’Afrique. Mais cette relation souffre de bien trop de faux-semblants, de ressentiments et de laisser-aller. Alors que l’on célèbre les dix ans du Printemps arabe, une remise à plat semble plus que jamais nécessaire si l’on veut qu’un dialogue constructif et serein puisse enfin avoir lieu.

Pourquoi et comment refonder nos relations avec les pays du Maghreb ?

Phénomène mineur et provisoire dans les années 50, à la fin de la période coloniale, l’immigration maghrébine en France (on disait alors « nord-africaine ») est devenue une réalité emblématique, pérenne et cruciale de la société française au début du XXIe siècle. Jusqu’aux années 60, les « Nord-Africains » étaient minoritaires au sein de la grande migration du travail qu’a connue la France depuis 1914, quand celle-ci est passée d’un million d’étrangers à la veille de la Grande Guerre, à plusieurs millions stationnant de façon légale et permanente sur son sol. La guerre ayant décimé une partie de la jeunesse française, les autorités décidèrent de compenser ce manque face à une Allemagne en pleine croissance démographique. Un tournant définitif était pris.

Pourtant, depuis les années 1990, l’immigration maghrébine constitue le centre de gravité de l’immigration et du peuplement d’origine migratoire en France, quels que soient les métiers, les catégories, les tranches d’âges et les critères ciblés. Depuis la décolonisation, Maghrébins et Franco-Maghrébins ont peu à peu rattrapé et dépassé en nombre les immigrés européens des vagues antérieures – en majorité assimilés ou rentrés dans leur pays, à l’instar des Italiens et des Polonais – même si leurs flux n’ont jamais cessé (en témoigne l’arrivée récente d’Espagnols et d’Italiens fuyant la crise). Par ailleurs, les Maghrébins demeurent plus nombreux que les groupes migratoires les plus dynamiques du XXIe siècle, qu’ils soient africains subsahariens, turcs, asiatiques ou russo-ukrainiens.

UNE IMMIGRATION SÉCULAIRE 

L’immigration algérienne a commencé en 1903, à l’initiative du patronat marseillais soucieux de briser la grande grève des dockers. Un petit filet migratoire venu d’Algérie puis du Maroc n’a dès lors plus cessé jusqu’à la guerre d’Algérie (1954-1962). Puis son statut a changé par étapes entre 1954 (début de ce conflit) et 1979 (date de la validation du regroupement familial par...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

La démocratie au péril de la démondialisation
La démocratie au péril de la démondialisation Abonnés

Alors que l’on s'est longtemps plu à croire que l’économie était enchâssée dans la démocratie, nous avons découvert qu’en réalité, au travers de la mondialisation, c’était bien souvent la démocratie qui était enchâssée dans l’économie. Mais la mondialisation est-elle la seule en cause ? Le problème n’est-il pas plus profondément enraciné dans les mythes du libéralisme ?

1 commentaire
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. »
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. » Abonnés

En France, tout candidat à l’élection présidentielle doit, s’il veut être officiellement autorisé à faire campagne, s’assurer de la « présentation » d'au moins 500 élus locaux. Nous avons demandé à l’un de nos plus grands constitutionnalistes de retracer l’histoire de cette procédure aux règles toujours plus complexes et aux effets toujours plus pervers.

0 commentaire
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat Abonnés

La démocratie libérale et représentative, qui régit la plupart des pays industrialisés, n’est-elle pas vouée à être remise en cause par la révolution technologique et la transition écologique en cours ? Pour Antoine Buéno, deux scénarios se dessinent à l’horizon : soit « la fin de l’Histoire », soit l’instauration de régimes illibéraux placés sous le signe de la défense de l’identité et de l’urgence climatique.

7 commentaires