Menu
revue
Un pape contre les frontières et contre l'Occident Abonnés

Le 3 octobre dernier, le pape François publiait l’encyclique Fratelli tutti (en français « Tous frères »), dans laquelle il plaide pour l’accueil illimité des migrants. Pour la philosophe catholique Chantal Delsol, cette morale éthérée trahit un certain ressentiment envers l’Europe, doublé d’un goût coupable pour les idéologies postchrétiennes.

Un pape contre les frontières et contre l'Occident

Une encyclique ne prétend pas au titre de dogme. C’est un texte ancré dans une histoire et rédigé, ou en tout cas commandé et corrigé, par une personne singulière, avec ses préférences et ses choix personnels. Le pape François vient d’Amérique latine et trouve là beaucoup de ses sources d’inspiration, ce qui est bien naturel. Contrairement à son prédécesseur Benoît XVI, il comprend et prend à son compte bien des positions postmodernes. Cette attitude conceptuelle lui permet à la fois de se solidariser avec les générations présentes, et l’empêche de saisir toujours la mentalité présente, parce qu’il lui est trop intégré, sans distance.

Dans l’encyclique Fratelli tutti, le pape François rappelle des affirmations essentielles du magistère de l...

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Plaidoyer pour un (authentique) service public de l’énergie
Plaidoyer pour un (authentique) service public de l’énergie Abonnés

Fin connaisseur du métier de l’énergie, Philippe Boineau se méfie du discours creux, voir fallacieux, des fournisseurs privés de gaz et d’électricité qui se proclament “leaders de la transition environnementale”. Et défend le “Programme progressiste de l’énergie” (1) proposé par la CGT pour faire renaître un service public de l’énergie qui assumerait la nécessité du nucléaire et serait placé sous le contrôle du peuple souverain.

commentaire
Nucléaire et écologie: pourquoi ce n’est pas incompatible
Nucléaire et écologie: pourquoi ce n’est pas incompatible Abonnés

Loin des raccourcis et de croyances, Gérard Michel pose de la manière la plus scientifique possible la question de l’énergie nucléaire et sa place au cœur de notre civilisation techno-industrielle.

commentaire
Journal de l'anagramme
Journal de l'anagramme Abonnés

ANAGRAMME : n. f. du grec anagramma, renversement de lettres. Dans son journal de l’anagramme, l’écrivain Jacques Perry-Salkow, amoureux de la langue française, digne héritier de Georges Perec, nous propose de déconstruire les mots de l’actualité et de les reconstruire pour en révéler leur sens caché. Un exercice aussi diffifficile que jubilatoire.

commentaire