revue
Le mirage canadien Abonnés

Pour les thuriféraires de la start-up nation, la politique migratoire du Canada, hyperaccueillante et ultratolérante, est un modèle d'excellence, tant au plan moral qu'économique. Mais cette surenchère d'ouverture ne risque-t-elle pas de dissoudre les particularismes locaux, à commencer par l'identité québécoise ? L'essayiste montréalais Mathieu Bock-Côté montre le revers de la médaille.

Le mirage canadien

Le Canada a bonne réputation en matière d’immigration. En Europe, et même en France, on prête à ce pays une certaine maîtrise de ses flux migratoires. Mieux encore, il représenterait le pays de l’immigration choisie, et on veut même, en certains milieux, le prendre en exemple. On se le représente encore comme le pays des grands espaces vides ne demandant qu’à être peuplés par ceux qui veulent embrasser ce qu’ils présentent comme un Canadian Dream se substituant à l’American Dream. C’est désormais au Canada qu’on pourrait refaire sa vie en découvrant mille opportunités, comme veulent le faire croire chaque année certains hebdomadaires français qui se transforment en brochures publicitaires au service du ministère des Affaires mondiales du Canada.

LE PAYS DE L'IMMIGRATION CHOISIE ?

La rhétorique est connue : l’immigration serait la bienvenue au Canada, dans la mesure où elle contribuerait à la croissance économique du pays. Elle répondrait à la pénurie de main-d’œuvre, les travailleurs spécialisés étrangers venant combler les besoins locaux – une thèse nuancée par l'historien Jacques Houle, qui rappelle que la théorie de la pénurie de main-d’œuvre « sert à masquer les difficultés de recrutement systématique causées par des salaires trop bas, du temps partiel fréquent ou des horaires atypiques ». De même, les emplois spécialisés vacants justifiant l’ouverture des frontières sont loin d’être systématiquement comblés directement par les populations nouvelles, qui n’ont pas toujours le profil attendu. Les Canadiens verraient l’immigration de manière pragmatique et seraient même capables de l’intégrer à une société paisible et prospère : ils auraient trouvé le chemin conduisant au modèle de la diversité heureuse.

Officiellement, le Canada donne l’impression de maîtriser son immigration. Sur une base régulière, il fixe des objectifs migratoires qu’il cherche à remplir, tout en déterminant une série de critères pour distinguer ceux qui peuvent...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

La démocratie au péril de la démondialisation
La démocratie au péril de la démondialisation Abonnés

Alors que l’on s'est longtemps plu à croire que l’économie était enchâssée dans la démocratie, nous avons découvert qu’en réalité, au travers de la mondialisation, c’était bien souvent la démocratie qui était enchâssée dans l’économie. Mais la mondialisation est-elle la seule en cause ? Le problème n’est-il pas plus profondément enraciné dans les mythes du libéralisme ?

1 commentaire
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. »
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. » Abonnés

En France, tout candidat à l’élection présidentielle doit, s’il veut être officiellement autorisé à faire campagne, s’assurer de la « présentation » d'au moins 500 élus locaux. Nous avons demandé à l’un de nos plus grands constitutionnalistes de retracer l’histoire de cette procédure aux règles toujours plus complexes et aux effets toujours plus pervers.

0 commentaire
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat Abonnés

La démocratie libérale et représentative, qui régit la plupart des pays industrialisés, n’est-elle pas vouée à être remise en cause par la révolution technologique et la transition écologique en cours ? Pour Antoine Buéno, deux scénarios se dessinent à l’horizon : soit « la fin de l’Histoire », soit l’instauration de régimes illibéraux placés sous le signe de la défense de l’identité et de l’urgence climatique.

7 commentaires