Menu
revue
La guerre d'Algérie est-elle finie ? Abonnés

Nous avons posé cette question à l’auteur de l’inoubliable Serment des barbares1. Depuis l’autre rive de la Méditerranée, il nous a envoyé cette réponse « qui n’est pas un texte d’historien, précise-t-il, mais le texte d’un simple observateur, assidu, des relations algéro-françaises et tout particulièrement de cette fameuse guerre d’Algérie qui les empoisonne et continuera à le faire longtemps, tant il semble que ce soit une nécessité stratégique pour les pouvoirs des deux côtés de la Méditerranée d’avoir ce fer au feu ».

La guerre d'Algérie est-elle finie ?

Parler de certaines guerres est parfois plus dangereux que de les vivre au front. On échappera peut-être aux bombardements mais pas aux snipers de l’après-guerre. Malheur aux survivants ! La guerre d’Algérie est de ces guerres revanchardes qui se prolongent dans la paix retrouvée et font plus de dégâts à mesure que le temps passe et que les générations montantes, héritant de l’ignorance des parents, perdent pied dans la vie et ne savent trop dans quelle vendetta elles jouent. Ces guerres, nées d’un rêve héroïque et brutal, se veulent porteuses d’une vérité suprême et se voient comme la bataille d’Armageddon où s’affronteront le Bien et le Mal lors de la fin du monde. Mais le charme finissant par se rompre, elles se transforment en une religion...

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Plaidoyer pour un (authentique) service public de l’énergie
Plaidoyer pour un (authentique) service public de l’énergie Abonnés

Fin connaisseur du métier de l’énergie, Philippe Boineau se méfie du discours creux, voir fallacieux, des fournisseurs privés de gaz et d’électricité qui se proclament “leaders de la transition environnementale”. Et défend le “Programme progressiste de l’énergie” (1) proposé par la CGT pour faire renaître un service public de l’énergie qui assumerait la nécessité du nucléaire et serait placé sous le contrôle du peuple souverain.

commentaire
Nucléaire et écologie: pourquoi ce n’est pas incompatible
Nucléaire et écologie: pourquoi ce n’est pas incompatible Abonnés

Loin des raccourcis et de croyances, Gérard Michel pose de la manière la plus scientifique possible la question de l’énergie nucléaire et sa place au cœur de notre civilisation techno-industrielle.

commentaire
Journal de l'anagramme
Journal de l'anagramme Abonnés

ANAGRAMME : n. f. du grec anagramma, renversement de lettres. Dans son journal de l’anagramme, l’écrivain Jacques Perry-Salkow, amoureux de la langue française, digne héritier de Georges Perec, nous propose de déconstruire les mots de l’actualité et de les reconstruire pour en révéler leur sens caché. Un exercice aussi diffifficile que jubilatoire.

commentaire