Menu
revue
Crises
2015, l'année où tout s'est emballé Abonnés

Il y a six ans, l’Europe était ébranlée par une crise migratoire majeure, notamment provoquée par les conflits en Libye et en Syrie. Croyant que les bons sentiments suffisent à faire une politique, négligeant les inquiétudes des populations autochtones directement touchées, nos dirigeants ont pour la plupart échoué à comprendre la dimension du problème. Or, leur incurie pourrait menacer à terme ce qu’ils prétendent défendre : notre tradition d’accueil et d’asile.

2015, l'année où tout s'est emballé

Depuis le début du XXIe siècle, l’une des principales voies permettant de rejoindre illégalement l’Union européenne depuis l’Asie passe par la Turquie, la Grèce, la Bulgarie et enfin les Balkans occidentaux. Longtemps, on a dénombré à peine quelques milliers de clandestins sur cette route chaque année. Seulement en 2015, le compteur a explosé : en douze mois, plus de 900 000 hommes, femmes et enfants ont emprunté cet itinéraire. Selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), la moitié d’entre eux étaient des réfugiés syriens, 20 % des Afghans, 7 % des Irakiens et les 23 % restants un mélange de migrants et de réfugiés opportunistes, principalement en provenance du Maroc, du Pakistan, du Bangladesh, de la Somalie et même de certains...

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Plaidoyer pour un (authentique) service public de l’énergie
Plaidoyer pour un (authentique) service public de l’énergie Abonnés

Fin connaisseur du métier de l’énergie, Philippe Boineau se méfie du discours creux, voir fallacieux, des fournisseurs privés de gaz et d’électricité qui se proclament “leaders de la transition environnementale”. Et défend le “Programme progressiste de l’énergie” (1) proposé par la CGT pour faire renaître un service public de l’énergie qui assumerait la nécessité du nucléaire et serait placé sous le contrôle du peuple souverain.

commentaire
Nucléaire et écologie: pourquoi ce n’est pas incompatible
Nucléaire et écologie: pourquoi ce n’est pas incompatible Abonnés

Loin des raccourcis et de croyances, Gérard Michel pose de la manière la plus scientifique possible la question de l’énergie nucléaire et sa place au cœur de notre civilisation techno-industrielle.

commentaire
Journal de l'anagramme
Journal de l'anagramme Abonnés

ANAGRAMME : n. f. du grec anagramma, renversement de lettres. Dans son journal de l’anagramme, l’écrivain Jacques Perry-Salkow, amoureux de la langue française, digne héritier de Georges Perec, nous propose de déconstruire les mots de l’actualité et de les reconstruire pour en révéler leur sens caché. Un exercice aussi diffifficile que jubilatoire.

commentaire