Menu
revue
Edito
« Ni une chance, ni une malédiction...» Gratuit

En choisissant de consacrer 160 pages à l’immigration, sans fard, Front Populaire, notre revue, brise un nouveau tabou. C’est ainsi, nous n’avons jamais tremblé à l’idée de choquer les bonnes âmes et faire parler, y compris dans notre dos. Depuis le premier jour, nous nous intéressons au réel et écrivons pour vous plutôt que pour flatter le microcosme, quoi qu’il en dise et quoi qu’il nous en coûte.

« Ni une chance, ni une malédiction...»


En choisissant de consacrer 160 pages à l’immigration, sans fard, Front Populaire, notre revue, brise un nouveau tabou. C’est ainsi, nous n’avons jamais tremblé à l’idée de choquer les bonnes âmes et faire parler, y compris dans notre dos. Depuis le premier jour, nous nous intéressons au réel et écrivons pour vous plutôt que pour flatter le microcosme, quoi qu’il en dise et quoi qu’il nous en coûte. Nous avons choisi depuis le 18 juin dernier, date de notre lancement, de constater, d’étudier, de commenter, de proposer, plutôt que de privilégier la connivence et l’idéologie. Le débat argumenté, le journalisme de combat, c’est notre façon de penser la vie intellectuelle. Pour ce quatrième numéro, nous poursuivons sur cette ligne et ouvrons grand nos colonnes à ce sujet réputé explosif. Et tant pis si depuis des années, les médias et les Français sont invités à se taire sur ce thème.

En choisissant de parler « des immigrations » et non pas de l’immigration, de ne pas essentialiser, d’écrire que l’immigration n’est « ni une chance, ni une malédiction », Front Populaire invite à sortir de la camisole idéologique et à comprendre que le sujet vaut mieux que les utopies simplistes voulues par les valets de la démocratie néolibérale ou les identitaires les plus déterminés.

Notre audace va révolter car en dépassant les lignes des partis, nous heurtons l’homo ideologicus qui a colonisé de vastes pans de la vie publique et de la scène médiatique. Celui-ci diabolise, vitupère et préfère dissimuler par exemple l’état de notre économie, de nos quartiers, de nos dépendances, les troubles de l’opinion, les inquiétudes culturelles, les peurs civilisationnelles plutôt que de voir débattue par le peuple la politique migratoire. Pas plus que l’homo ideologicus ne veut voir les Français choisir souverainement.

Le ciel est lourd, gris en ce moment pour les libertés qui sont régulièrement passées à tabac et repoussées. Chacun a pu voir la liberté d’expression reculer. L’éden libertarien qu’était le web révèle de plus en plus le visage affreux des GAFAM qui travaillent sournoisement à la gouvernance mondiale éclairée par une élite non représentative. Chacun a pu voir que même un président en exercice n’était pas à l’abri de voir couper son compte sur les réseaux sociaux, suivant « des conditions générales d’utilisation » illisibles et incompréhensibles, même pour les personnes les mieux renseignées.

En lisant ces pages, vous en saurez bien plus et vous aurez raison de penser que vous avez le droit de penser et choisir par et pour vous-même. Ceux qui vous disent que le sujet de l’immigration n’est pas discutable sont les mêmes qui pensent venu le temps de l’homme nouveau et qu’il n’est pas non plus négociable. Dans ce domaine comme dans d’autres, le progressisme autoproclamé n’est pas toujours un progrès.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Plaidoyer pour un (authentique) service public de l’énergie
Plaidoyer pour un (authentique) service public de l’énergie Abonnés

Fin connaisseur du métier de l’énergie, Philippe Boineau se méfie du discours creux, voir fallacieux, des fournisseurs privés de gaz et d’électricité qui se proclament “leaders de la transition environnementale”. Et défend le “Programme progressiste de l’énergie” (1) proposé par la CGT pour faire renaître un service public de l’énergie qui assumerait la nécessité du nucléaire et serait placé sous le contrôle du peuple souverain.

commentaire
Nucléaire et écologie: pourquoi ce n’est pas incompatible
Nucléaire et écologie: pourquoi ce n’est pas incompatible Abonnés

Loin des raccourcis et de croyances, Gérard Michel pose de la manière la plus scientifique possible la question de l’énergie nucléaire et sa place au cœur de notre civilisation techno-industrielle.

commentaire
Journal de l'anagramme
Journal de l'anagramme Abonnés

ANAGRAMME : n. f. du grec anagramma, renversement de lettres. Dans son journal de l’anagramme, l’écrivain Jacques Perry-Salkow, amoureux de la langue française, digne héritier de Georges Perec, nous propose de déconstruire les mots de l’actualité et de les reconstruire pour en révéler leur sens caché. Un exercice aussi diffifficile que jubilatoire.

commentaire