Menu
revue
Edito
Le ver est dans la pastèque Gratuit

Contre l'écologisme devenu fou, Front Populaire présente son contre-modèle : une écologie du réel, sociale et rationnelle. Une écologie souveraine qui raisonne plus qu'elle ne résonne. L'édito de Stéphane Simon, co-fondateur de Front populaire.

Le ver est dans la pastèque

C’est une vague verte qui tourne à la marée noire. Depuis un an, leur politique est devenue bien visible et leur idéologie plus lisible. Je pense à ces nouveaux maires écolos qui gèrent huit grandes villes de France. À la faveur des dernières élections municipales, les voilà à l’œuvre, enchaînant les concessions à la cancel culture, au wokisme, à l’islamo-gauchisme, aux indigénistes, aux choix douteux esthétiques...

Un des édiles, à Bordeaux, diabolise les sapins de Noël. L’autre, à Strasbourg, propose et retire en catastrophe la subvention d'une mosquée turco-islamiste. Un troisième, à Lyon, instaure des menus végétariens obligatoires. Un quatrième, à Poitiers, stigmatise les enfants qui rêvent d'avions. À Paris, les alliés EELV de la majorité municipale ont pris la ville en otage, imposant de végétaliser les trottoirs avec des cagettes hideuses tout en abattant les glycines ou les buis... qui ne sauraient être traités avec des produits sanitaires. Sans oublier les plots jaunes en plastique et les blocs de béton qu'ils dressent partout pour imposer des pistes cyclables disproportionnées. Autant d'« arrêtés municipaux » qui confinent souvent au ridicule et pourraient juste faire rire.

Je ne ris pas à ces saccages. Pas plus que je m’habitue à ces silences coupables devant les clouds géants des GAFAM, vraies locomotives à CO2, devant les manipulations médicales sur l’ADN qui rendent possible le transhumanisme, devant la folie des grandeurs des potentats de la Silicon Valley.

Les Verts seraient-ils les alliés naïfs de plus sombres projets ?

J’ajoute que le programme environnemental des écolos labellisés par EELV est tout aussi dangereux : arrêt du nucléaire, généralisation des éoliennes, pénalisation des agriculteurs qui doivent pourtant survivre dans un monde exposé à une concurrence qui vous sert des cerises du Chili et des haricots plats du Kenya en hiver...

Une autre écologie est envisageable, celle des défenseurs vrais et sincères de l'environnement qui préfèrent produire local plutôt que retourner la planète, qui disent clairement que l’Europe n’est pas le bon échelon pour gérer les problèmes d’énergie et d’environnement, pas plus qu’elle n’a été capable de faire ses preuves dans la crise sanitaire dont nous serons les derniers à triompher.

Je pense à ma mère qui m’a appris la nature, à découvrir et regarder les crocus et les fougères dans le moindre détail. Elle a étudié sa vie durant la physiologie végétale, à la recherche de traitements contre les moisissures noires des carottes. Concilier une vision des sciences, du progrès et une écologie sincère, c’était sa boussole, et ce sera la mienne pour mes filles. Les amis véritables de la nature voient bien qu’il n’y a aucun panache à dénoncer la souffrance animale, ni à dégoûter les enfants des protéines animales si c’est pour laisser généraliser l’abattage rituel ou préparer les steaks de demain fabriqués en laboratoire. Pas plus qu’il n’y a de grandeur à moquer les paysans qui ont tenu à bout de bras paysages et écosystèmes.

Nous avons choisi d’ouvrir nos colonnes à cette écologie-là, celle qui propose de concilier avenir, souverainisme et nature. Car n’en déplaise aux pastèques (ces militants verts dehors et rouges dedans) cette nuance de vert existe, c’est la nôtre, ce n’est pas celle qui résonne mais qui raisonne.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Théorie du bourreau
Théorie du bourreau Gratuit

La dynamique n'est pas bonne : le fort se passe très bien de justice, et le juste renonce à la force. Devant cet inquiétant constat, Michel Onfray, co-fondateur de Front Populaire, présente quelques pistes de réflexion philosophiques pour rendre au peuple les clefs de sa propre défense. Pas de survie sans souveraineté. 

commentaire
Chine : La société du troisième oeil
Chine : La société du troisième oeil Abonnés

En Chine, un système d’espionnage à grande échelle a été mis en place grâce aux nouvelles technologies numériques et au prétexte de rendre la société plus juste et plus sûre. Des méthodes liberticides qui frappent à nos portes et montrent que les limites éthiques de l’intelligence artificielle ont d’ores et déjà été atteintes.

commentaire
Faut-il envoyer l'armée dans les banlieues ?
Faut-il envoyer l'armée dans les banlieues ? Abonnés

Signée en avril dernier par des milliers de militaires à la retraite, une tribune s’inquiète d’un risque en France de guerre civile, au cours de laquelle l'armée serait conduite à intervenir. Nous avons proposé à son rédacteur de débattre avec le président du mouvement République souveraine.

commentaire