revue
Edito
Technique du cheval de Troie : le traquenard d'Ulysse Abonnés

« L’écologie politique française fonctionne aujourd’hui en idiote utile du projet, contradictoire avec ses fondamentaux, d’un capitalisme dévot de croissance qui industrialise et marchandise le monde », affirme Michel Onfray dans ce texte central qui précise les positions du philosophe par rapport à la question environnementale.

Technique du cheval de Troie : le traquenard d'Ulysse

Chacun connaît l’histoire devenue proverbiale : le cheval de Troie permet aux Grecs de vaincre la ville assiégée en vain depuis dix années. C’est à Ulysse qu’on doit ce subterfuge assimilable à une ruse de guerre – la métis. La métis grecque définit un ensemble de ruse et de raison, de tromperie et de sagesse. Dans l’iconographie, elle est présentée sous la forme d'un petit personnage caché sous le siège de Zeus et porte deux visages... Complotisme, forcément complotisme.
Le cheval de Troie apparaît dans L’Odyssée, mais L’Énéide, du Romain Virgile, augmente et précise l’histoire.

La machine de guerre contient dans ses flancs des guerriers grecs après que ceux-ci eurent donné aux Troyens assiégés l’impression d’abandonner la guerre et de se retirer. Les Grecs laissent donc sur le sable ce cheval dont certains philologues expliquent qu’il s’agissait bien plutôt d’un navire dont la proue arborait une face hippique. D’autres disent qu’il s’agissait d’une machine de guerre dont on aurait perdu les plans. Ce qu’il faut retenir du cheval de Troie, c’est qu’un faux déserteur, un dénommé Sinon, venu des rangs des Grecs, annonce aux Troyens qu’il faut accepter l’offrande. Ils y consentent. Une fois le cheval tracté dans la ville et les portes refermées sur lui, les Troyens festoient tard dans la nuit. Endormis, ivres, embrumés, ils cuvent leur vin quand les soldats grecs ouvrent les flancs de l’animal, en descendent, déverrouillent les portes de la cité, permettant ainsi aux Grecs d’y entrer, de massacrer une partie de la population et de se rendre maîtres de la cité.
La ruse de guerre consiste donc à laisser croire une chose, c’est un présent, pour mieux en cacher une autre, c’est un subterfuge, autre chose qu’un cadeau.

Je pose l’hypothèse que l’écologie politique est le cheval de Troie des...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L’univers numérique prépare-t-il un monde meilleur ou le meilleur des mondes ?
L’univers numérique prépare-t-il un monde meilleur ou le meilleur des mondes ? Abonnés

Internet est le terrain de jeu de nombreux sites indépendants d’information, mais aussi de Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, ces firmes américaines surpuissantes surnommées GAFAM. Quelle société ce mélange de médias pique-bœufs et de géants de la Silicon Valley va-t-il produire ? Un monde meilleur ou le meilleur des mondes ?

4 commentaires
Mediapart et France 2 petites méthodes et grandes oreilles
Mediapart et France 2 petites méthodes et grandes oreilles Abonnés

Au nom d’une certaine idée de la justice, Edwy Plenel s’est fait une spécialité : publier sur son site Mediapart le contenu d'écoutes téléphoniques. Nombre de médias applaudissent cette violation du secret de l’instruction, France 2 en tête. Au secours, la médiapartisation des esprits est en marche !

0 commentaire