revue
Technologie
Chine : La société du troisième oeil Abonnés

En Chine, un système d’espionnage à grande échelle a été mis en place grâce aux nouvelles technologies numériques et au prétexte de rendre la société plus juste et plus sûre. Des méthodes liberticides qui frappent à nos portes et montrent que les limites éthiques de l’intelligence artificielle ont d’ores et déjà été atteintes.

Chine : La société du troisième oeil

Les conditions de travail sont de plus en plus difficiles en Chine. En cause, la concurrence féroce qui règne non seulement entre les entreprises mais aussi entre les employés. Ainsi, il n’est pas rare de voir des salariés enchaîner les journées de douze heures au moins cinq jours par semaine, qui plus est sous le contrôle d’un système de surveillance élaboré.

Andy Wang, ingénieur informatique, était responsable de la gestion d'un tel système au sein d’une société de jeux vidéo à Shanghai. Sa start-up, a-t-il raconté en juin dernier dans les colonnes du magazine économique Nikkei Asia (édité à Tokyo), est non seulement équipée de caméras de surveillance haute définition dans tous ses locaux, mais emploie aussi un réceptionniste chargé de noter le nom des gens qui partent déjeuner, à quelle heure ils sont sortis et rentrés. Tous les employés sont espionnés par le logiciel DiSanZhiYan (en français, « troisième œil »), un mouchard installé sur chaque ordinateur, qui permet de suivre en temps réel ce qui se passe sur les écrans : les historiques de discussions, les activités de navigation et la moindre édition de fichier.

RAPPORTS D'EFFICACITE

L’expression « troisième œil » renvoie au mythe de l’œil céleste dans la culture chinoise. Mais le programme informatique qui répond à ce nom a une fonction nettement plus terre à terre : signaler automatiquement les « comportements suspects » des salariés, comme aller surfer sur un site de recherche d'emploi ou une plateforme de vidéos en ligne. Des « rapports d'efficacité » sont également générés de manière hebdomadaire, faisant le point sur le temps passé par chaque employé sur le Web. Ils sont susceptibles d’être utilisés comme base de calcul pour une éventuelle augmentation de salaire, mais aussi comme motifs de licenciement.

Du point de vue des patrons, un tel...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L’univers numérique prépare-t-il un monde meilleur ou le meilleur des mondes ?
L’univers numérique prépare-t-il un monde meilleur ou le meilleur des mondes ? Abonnés

Internet est le terrain de jeu de nombreux sites indépendants d’information, mais aussi de Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, ces firmes américaines surpuissantes surnommées GAFAM. Quelle société ce mélange de médias pique-bœufs et de géants de la Silicon Valley va-t-il produire ? Un monde meilleur ou le meilleur des mondes ?

4 commentaires
Mediapart et France 2 petites méthodes et grandes oreilles
Mediapart et France 2 petites méthodes et grandes oreilles Abonnés

Au nom d’une certaine idée de la justice, Edwy Plenel s’est fait une spécialité : publier sur son site Mediapart le contenu d'écoutes téléphoniques. Nombre de médias applaudissent cette violation du secret de l’instruction, France 2 en tête. Au secours, la médiapartisation des esprits est en marche !

0 commentaire