revue
Opinion
Le nécessaire retour au service national Abonnés

Pour le président du mouvement République souveraine, la suppression du Service national en 1995 a entraîné dans notre pays un sentiment de délitement de la nation qui agit depuis lors comme un catalyseur sur l’insécurité. En restaurant le Service national, plaide-t-il, on remettrait en route la salutaire machine à intégrer des citoyens.

Le nécessaire retour au service national

Notre pays, la France, est régulièrement secoué par des attentats de plus ou moins grande envergure, un « sentiment d’insécurité » multiforme, en même temps justifié et fantasmé, envahit les consciences et le débat public. Beaucoup ont le sentiment que nous ne sommes plus les citoyens égaux en droits d’une nation universaliste, mais des agents de plus en plus atomisés d’un « vivre ensemble » en voie de délitement. Le processus d’intégration à la française, c’est-à-dire par l’assimilation républicaine, a pris du plomb dans l’aile au profit d’un multiculturalisme anglo-saxon contraire à nos valeurs et qui divise la société.

Les tensions économiques, sociales et culturelles s’exacerbent davantage d’année en année avec l’effritement de l’État, l’inégalité accrue dans la répartition des richesses, le triomphe idéologique et moral du néolibéralisme et son corollaire, l’individualisme. Les institutions publiques semblent en panne, sinon cassées, et en premier lieu l’Éducation nationale. Nombreux sont ceux dans l’élite qui trahissent leurs compatriotes, succombant aux sirènes de l’étranger ou de Mammon. L’ambiance est morose, l’avenir peu enthousiasmant, la nation est laminée par les transferts de souveraineté vers des instances supranationales, et au premier titre l’Union européenne. Aux yeux de beaucoup, la France n’apparaît plus grande mais épuisée et rabougrie. L’insécurité naît aussi du délitement de ce qui fait société.

Face à ce constat que chacun peut ressentir plus ou moins intensément en son for intérieur, la France doit faire feu de tout bois. Il nous faut résister et nous reconstruire en tant que nation. J’ai l’intime conviction que cela doit passer par un pacte républicain renouvelé, une école refondée, la reconstruction du modèle français, un déterminisme économique souverain, la justice sociale et fiscale, mais également par un retour à ce creuset fondamental dans notre histoire que fut l’armée, et tout particulièrement le Service national.

« TOUT FRANÇAIS EST...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L’univers numérique prépare-t-il un monde meilleur ou le meilleur des mondes ?
L’univers numérique prépare-t-il un monde meilleur ou le meilleur des mondes ? Abonnés

Internet est le terrain de jeu de nombreux sites indépendants d’information, mais aussi de Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, ces firmes américaines surpuissantes surnommées GAFAM. Quelle société ce mélange de médias pique-bœufs et de géants de la Silicon Valley va-t-il produire ? Un monde meilleur ou le meilleur des mondes ?

4 commentaires
Mediapart et France 2 petites méthodes et grandes oreilles
Mediapart et France 2 petites méthodes et grandes oreilles Abonnés

Au nom d’une certaine idée de la justice, Edwy Plenel s’est fait une spécialité : publier sur son site Mediapart le contenu d'écoutes téléphoniques. Nombre de médias applaudissent cette violation du secret de l’instruction, France 2 en tête. Au secours, la médiapartisation des esprits est en marche !

0 commentaire