revue
Attentat
Vivre avec le terrorisme Abonnés

L'islamisme frappe de plus en plus notre pays à travers des attaques improvisées commises à l’arme blanche et non revendiquées. Cet apparent amateurisme traduit-il un affaiblissement ou prouve-t-il au contraire la redoutable résilience du djihadisme ?

Vivre avec le terrorisme

«La France va devoir vivre avec le terrorisme », a déclaré Manuel Valls après l’attentat de Nice en 2016. Que voulait-il dire exactement ? Qu’il fallait se résigner à être un pays où une idée peut faire tuer des petites filles juives, égorger des paroissiens, décapiter des profs ou fusiller des fans de rock ? S’habituer à la succession des lois (plus de vingt depuis 1986) dites antiterroristes ? Ou attendre, à chaque nouvelle attaque, que les médias annoncent si le parquet antiterroriste est saisi ou s’il faut parler de l’acte d’un schizophrène (fut-il récidiviste radicalisé en prison) ? Au moment où les sondages font du terrorisme une des préoccupations principales de nos concitoyens, une telle sentence pose l’atroce question de l’habitude du mal.

Il est, d’ailleurs, ambigu de parler de terrorisme tout court. Apparu en 1793 pour désigner la terreur d’État jacobine, le mot s’est popularisé dans notre langue au sens d’une violence d’en bas, antiétatique, dans les années 1920. Jusque-là, on parlait plutôt d’attentats anarchistes ou nihilistes. « Le » terrorisme en soi n’existe donc ni comme idéologie, ni comme système politique, ni comme parti ; c’est un moyen stratégique. Il peut être mobilisé par les systèmes les plus opposés. Sa pratique se situe entre « guerre du pauvre » (violence minoritaire sporadique de ceux qui ne peuvent mener un conflit armé permanent) et « propagande par le fait ». C’est, dans ce cas, l’impact symbolique d’un message, généralement : « Tremblez, ennemis » pour un camp, et « Rejoignez-nous contre vos oppresseurs » pour l’autre. Mais dans tous les cas, les actes terroristes se projettent dans une Histoire qu’ils sont censés réécrire.

Il est des pays (Israël, Liban…) où la population s’est familiarisée depuis longtemps avec l’éventualité de la bombe. Une routine ? La formule provocatrice se...

Contenu réservé aux abonnés

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

L’univers numérique prépare-t-il un monde meilleur ou le meilleur des mondes ?
L’univers numérique prépare-t-il un monde meilleur ou le meilleur des mondes ? Abonnés

Internet est le terrain de jeu de nombreux sites indépendants d’information, mais aussi de Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft, ces firmes américaines surpuissantes surnommées GAFAM. Quelle société ce mélange de médias pique-bœufs et de géants de la Silicon Valley va-t-il produire ? Un monde meilleur ou le meilleur des mondes ?

4 commentaires
Mediapart et France 2 petites méthodes et grandes oreilles
Mediapart et France 2 petites méthodes et grandes oreilles Abonnés

Au nom d’une certaine idée de la justice, Edwy Plenel s’est fait une spécialité : publier sur son site Mediapart le contenu d'écoutes téléphoniques. Nombre de médias applaudissent cette violation du secret de l’instruction, France 2 en tête. Au secours, la médiapartisation des esprits est en marche !

0 commentaire