revue
Opinion
La violence, notre nouvelle pornographie Abonnés

Pour Guillaume Bigot, la France ne s’est pas pacifiée au cours des dernières décennies. Elle s’est plutôt ramollie en procédant à l’annulation culturelle des valeurs viriles, pourtant essentielles à la civilisation.

La violence, notre nouvelle pornographie

Nous vivons dans un monde où gifler un enfant turbulent et agressif est inconcevable, mais où égorger un passant dans la rue au motif d’un simple refus de cigarette est devenu presque banal. Nous voilà ainsi confrontés à un formidable paradoxe. D’un côté, notre seuil de tolérance à la violence est plus bas qu’il n’a jamais été dans notre histoire. De l’autre, après une baisse continue depuis les années 1970, le nombre de tentatives d’homicides par habitant et la proportion de coups et blessures augmentent à nouveau1.

Comment expliquer ce troublant phénomène ? Mon hypothèse est la suivante : alors que l’homme moderne se voulait pacifique, l’homme postmoderne est devenu pacifiste, oubliant un peu vite que refuser par principe tout affrontement...

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Pour éviter le Munich civilisationnel
Pour éviter le Munich civilisationnel Abonnés

Le drame qui continue de se jouer dans le Caucase et qui voit l'Arménie, bastion chrétien en terre d'Islam, prise en tenaille par l'alliance turco-azérie augure du drame civilisationnel qui attend la France si rien n'est fait. L'édito de Stéphane Simon.

commentaire