revue
G comme...
Géostratégie Gratuit

Par Pierre-Yves Rougeyron.

Géostratégie


Le macronisme en politique extérieure puise aux mêmes sources que le macronisme en politique intérieure : péroraison devant les autres nations perçues comme faibles ou barbares, soumission devant celles perçues comme fortes, et humiliation de la France comme précipité. Entrons dans les définitions et les illustrations d’une machine à bulles qui isole la France du monde et contribue à détruire l’équilibre international.

Comme définition minimale, nous entendons le macronisme comme une ingénierie des perceptions qui associe la culture de la transgression postmoderne et la logique de discipline néolibérale. C’est le fameux « en même temps ». Il est l’expression profonde d’une caste qui associe les élites rentières du centre gauche et du centre droit pour former l’« extrême centre », soit la coagulation d’élites faillies qui entendent se maintenir et hantent l’histoire de France depuis la Révolution (la monarchie de Juillet, Thiers, Vichy…)1. Son rapport historique aux relations internationales est la soumission à la force du moment, car cette allégeance étrangère est l’une des conditions de sa survie.

L’équilibre international actuel doit être défini pour cerner combien le macronisme est un anachronisme. En fait, notre monde est encore en sortie de la guerre froide. Après une glaciation (1991-1998) autour de la puissance américaine, la logique polycentrique et multipolaire a fait se déplacer les plaques tectoniques de la politique internationale. L’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine en Russie (1999), l’entrée de la Chine dans l’Organisation mondiale du commerce (2001), la dislocation progressive des institutions planificatrices de la mondialisation américano centrée (Front monétaire international, Banque mondiale, Union européenne), la prise de conscience des populations (« non » français au référendum de 2005, Brexit) et les tentatives de réformes de Donald Trump sont autant d’éléments qui soulignent la fin des équilibres de la guerre froide. Le monde nouveau, axé sur le Pacifique, et...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

La démocratie au péril de la démondialisation
La démocratie au péril de la démondialisation Abonnés

Alors que l’on s'est longtemps plu à croire que l’économie était enchâssée dans la démocratie, nous avons découvert qu’en réalité, au travers de la mondialisation, c’était bien souvent la démocratie qui était enchâssée dans l’économie. Mais la mondialisation est-elle la seule en cause ? Le problème n’est-il pas plus profondément enraciné dans les mythes du libéralisme ?

1 commentaire
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. »
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. » Abonnés

En France, tout candidat à l’élection présidentielle doit, s’il veut être officiellement autorisé à faire campagne, s’assurer de la « présentation » d'au moins 500 élus locaux. Nous avons demandé à l’un de nos plus grands constitutionnalistes de retracer l’histoire de cette procédure aux règles toujours plus complexes et aux effets toujours plus pervers.

0 commentaire
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat Abonnés

La démocratie libérale et représentative, qui régit la plupart des pays industrialisés, n’est-elle pas vouée à être remise en cause par la révolution technologique et la transition écologique en cours ? Pour Antoine Buéno, deux scénarios se dessinent à l’horizon : soit « la fin de l’Histoire », soit l’instauration de régimes illibéraux placés sous le signe de la défense de l’identité et de l’urgence climatique.

7 commentaires