revue
V comme...
Verbigération Gratuit

Par Ingrid Riocreux.

Verbigération


Emmanuel Macron a depuis longtemps le goût de la parole publique. On le sait, il a appris le théâtre à l’école de Brigitte Trogneux et un documentaire diffusé par France 3, fin 2016, alors qu’il entre en campagne présidentielle, nous donne à voir sa performance d’acteur dans un extrait de La Comédie du langage1 de Jean Tardieu. Pourtant, c’est encore en « orateur perfectible » qu’il se lance dans la course à la fonction suprême, pour reprendre l’expression de l’ancien avocat général à la cour d’assises de Paris (aujourd’hui avocat et essayiste) Philippe Bilger qui remarque que dans son discours du 12 juillet 2016, « il a paru lui-même étonné par une démesure et un débordement auxquels il n’était pas habitué. Fugacement il s’est entendu comme s’il était un autre. […] je l’ai vu et entendu comme un gourou séduisant, plein d’empathie et de délicatesse. Sa personnalité étant presque plus convaincante que son propos. Donnant plus envie de le suivre que son argumentation ».

Observateur affûté de la rhétorique des puissants, Philippe Bilger a su pointer ce qui initialement constituait une force avant de devenir un handicap. Cette adhésion à sa personne plus qu’à son discours condamnerait tout autre à un échec rapide face à l’exigence de devoir prendre des positions tranchées. Mais Emmanuel Macron a trouvé la parade à ce risque en inventant le « en même temps ». Contrairement à ce qu’on pourrait croire, cette devise ne constitue pas un principe subtil de conciliation des contraires ; elle est un signe de vacuité totale.

Vides de sens, les discours de la campagne 2017 d’Emmanuel Macron sont des verbigérations hypnotiques qui peuvent durer deux heures et n’offrent prise à aucun résumé ; lui que ses études ont formé à la rigueur dialectique y renonce au profit des plus basses...

Contenu disponible gratuitement

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

La démocratie au péril de la démondialisation
La démocratie au péril de la démondialisation Abonnés

Alors que l’on s'est longtemps plu à croire que l’économie était enchâssée dans la démocratie, nous avons découvert qu’en réalité, au travers de la mondialisation, c’était bien souvent la démocratie qui était enchâssée dans l’économie. Mais la mondialisation est-elle la seule en cause ? Le problème n’est-il pas plus profondément enraciné dans les mythes du libéralisme ?

1 commentaire
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. »
« Avec le système des parrainages, on a renoncé à la démocratie au nom de la transparence. » Abonnés

En France, tout candidat à l’élection présidentielle doit, s’il veut être officiellement autorisé à faire campagne, s’assurer de la « présentation » d'au moins 500 élus locaux. Nous avons demandé à l’un de nos plus grands constitutionnalistes de retracer l’histoire de cette procédure aux règles toujours plus complexes et aux effets toujours plus pervers.

0 commentaire
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat
L’avenir de la démocratie dépend de celui du climat Abonnés

La démocratie libérale et représentative, qui régit la plupart des pays industrialisés, n’est-elle pas vouée à être remise en cause par la révolution technologique et la transition écologique en cours ? Pour Antoine Buéno, deux scénarios se dessinent à l’horizon : soit « la fin de l’Histoire », soit l’instauration de régimes illibéraux placés sous le signe de la défense de l’identité et de l’urgence climatique.

7 commentaires