revue
Histoire
La brève aventure du Cercle Proudhon Abonnés

Au cours du XXe siècle, la plupart des auteurs qui ont voulu « dépasser » le clivage gauche-droite traditionnel se sont à un moment ou un autre réclamés du Cercle Proudhon, un cénacle lancé à la veille de la Première Guerre mondiale par deux hommes bien différents : Édouard Berth et Georges Valois, l’un et l’autre oubliés aujourd’hui.

La brève aventure du Cercle Proudhon


Édouard Berth est né à Jeumont, à la frontière belge, le 1er juillet 1875. Venu s’installer à Paris en 1893, il y publie ses premiers articles dans les milieux socialistes et anarcho-syndicalistes, devenant très vite l’indéfectible ami de Georges Sorel (l’introducteur du marxisme en France), sous l’influence duquel il abandonne la préparation de son agrégation pour se mettre « au service exclusif du prolétariat ». Auteur de plusieurs ouvrages, où l’on reconnaît aussi l'inspiration de Pierre-Joseph Proudhon, il s’impose dès cette époque comme « l’un des meilleurs disciples et interprètes de Sorel » (selon les mots de l’universitaire Fabien Desmeaux).

Georges Valois, de son vrai nom Alfred-Georges Gressent, est né le 7 octobre 1878 à Paris, ...

commentaireCommenter

Vous aimerez aussi

Pour éviter le Munich civilisationnel
Pour éviter le Munich civilisationnel Abonnés

Le drame qui continue de se jouer dans le Caucase et qui voit l'Arménie, bastion chrétien en terre d'Islam, prise en tenaille par l'alliance turco-azérie augure du drame civilisationnel qui attend la France si rien n'est fait. L'édito de Stéphane Simon.

commentaire