Menu

Cahier de Doléances

Chaque jour vous partagez sur le site, par mail et par courrier, des idées pour reconstruire la France de demain.
Vous trouverez sur cette page la synthèse des propositions les plus récurrentes et les plus plébiscitées, résumées sous la forme d’un "cahier de doléances". Nous le mettons à votre disposition pour que vous puissiez le commenter, en débattre et voter (pour ou contre) chaque mesure.

À terme, nous souhaitons que les mesures les plus populaires constituent le socle d’un nouveau projet pour la France.

10 contenus
Culture & Médias
Ne plus sous-traiter la numérisation de la culture française
Quelle est la valeur du patrimoine culturel français ? Celle qui faisait de la France, la première destination touristique au monde. Du français, la langue de la diplomatie et de la conversation de salon. En période de crise sanitaire, les métiers de bouche, de la culture et du tourisme souffrent comme jamais. L’idée soumise par Lunetier tendant à interdire à toute entreprise étrangère de pouvoir numériser le patrimoine culturel français prend tout son sens dans la valorisation immatérielle de la culture française. Il s’agit de notre souveraineté culturelle qui pourrait, si elle était déléguée à une société étrangère du numérique, être exploitée à l’encontre des intérêts de la France. Soyons résolus à ne plus sous-traiter la numérisation de la culture française et interdisons le transfert des actifs immatériels français en créant des outils numériques français et souverains.
commentaireCommenter
Société
INTERDIRE LES PSEUDONYMES SUR INTERNET
La liberté d’expression s’incarne pleinement lorsqu'elle est assumée et qu’elle ne contrevient pas aux limites posées par la loi. Elle ne saurait trouver sa voix derrière un masque ou un pseudo qui insuffle la haine et la lâcheté sur les réseaux sociaux. Interdisons les pseudonymes sur internet pour prolonger la citoyenneté et la responsabilité de chacun, à tous les étages de la société.
commentaireCommenter
Économie
Interdire la spéculation financière de l’eau
Depuis décembre 2020, la bourse de Chicago permet d’échanger des contrats futurs sur l’eau. Une privatisation du vivant dans une approche spéculative. Concrètement, il est devenu possible pour tout investisseur d’acheter de l’eau sur les marchés financiers. Un produit à double visage, sous couvert d’aider les usagers de l’eau et les agriculteurs à gérer l’aléa de la sécheresse, ces contrats peuvent également organiser et monnayer la rareté. Interdisons en France, la spéculation financière sur l’eau.
commentaireCommenter
Économie
Obliger l’exécutif à rendre compte au peuple français
114 % c’est le niveau de la dette publique française au 2e trimestre 2020. Que l’État rende compte au peuple français est la première obligation de Bercy. Que l’état explique surtout, comment il compte rembourser son endettement est sa deuxième obligation, pour tenir aux Français un discours et une action comptable, cohérente, responsable et transparente.
commentaireCommenter
Institutions
Pour un septennat non-renouvelable
La durée du mandat de la fonction du chef de l’État a longtemps été discutée dans les débat du conseil des ministres. Déjà en 2000, le mandat passait de 7 à 5 ans, renouvelable une fois et Jacques Chirac est le premier président de la Ve République à bénéficier de cette mesure constitutionnelle. La démocratie du peuple doit pouvoir par essence, limiter les pouvoirs de son Président au profit d’un Parlement plus représentatif. Instaurons le mandat présidentiel de 7 ans non renouvelable, comme le CDD le plus régalien de la République.
commentaireCommenter
Santé et sciences
Le vaccin de la Covid doit-être soumis à référundum
Il convient d’admettre que le vaccin développé par Pfizer bat tous les records d’homologation en phase de test et que le ratio risque / bénéfices doit être laissé à l’interprétation de ceux qui en seront les bénéficiaires. Le caractère obligatoire du vaccin a été évoqué par les politiques. Chaque français est libre de disposer de ce traitement ou non et de se prononcer collectivement, sur le caractère obligatoire de celui-ci au travers un référendum. Ce vaccin doit-il être obligatoire en France ?
commentaireCommenter
Éducation
Maîtriser d’abord le français à l’école
Apprenons à nos enfants à parler et écrire correctement le français avant de permettre l’apprentissage de langues allogènes à l’école. Il faut renforcer l'unité et la cohérence de l’instruction publique dans son objectif de transmission des valeurs fondamentales. La seule langue devant être enseignée à l’école doit être le français dans sa triple garantie : Liberté, Égalité, Fraternité. Puisse-t-elle ensuite s'ouvrir à la connaissance d’autres langues, au profit des élèves maîtrisant d’abord le français.
commentaireCommenter
Supprimer l’ENA
L’administration jacobine, symbolisée notamment par l’État profond qui s’incarne dans l’ENA et Bercy ; métastase la vie publique en la régulant trop fortement et surtout, en l'empêchant de créer de la valeur. Par exemple, la France qui était au 16e rang PIB / habitant en 1980 est aujourd’hui, au 30e rang mondial. Afin de libérer la vitalité créative des entreprises françaises, supprimons l’Ecole Nationale d’Administration pour libérer la France du joug administratif qui la contraint.
commentaireCommenter
Économie
L’Impôt sur le revenu dès le premier euro.
Etant donné que seuls 43% des foyers fiscaux s’acquittent de l'impôt sur le revenu, il pourrait être créé un impôt de solidarité à l’effort national en vue de renforcer le contrat social de la nation. L’équilibre des droits et des obligations, qui sous-tend le sentiment d’appartenance et de cohésion nationale, illustrerait ainsi le principe d’égalité devant l’impôt. Chaque contribuable, même ceux dont les revenus sont en dessous du premier barème progressif (9 710 euros) s’acquitteront d’un impôt symbolique de 10 euros correspondant à un taux d’imposition de 1%.
commentaireCommenter
Agriculture et environnement
Protéger nos Agriculteurs
Les exploitants et agriculteurs de France connaissent des conditions de travail extrêmement difficiles. Aléas climatiques, faillites, suicides, pression des centrales d’achat, isolement social… Pourtant, l’agriculture est intimement liée à la souveraineté française. L’alimentation et la santé en découle. C’est en réalité une prérogative quasi régalienne, comme l’hôpital public et l’éducation nationale. Comment mieux aider ceux qui nourrissent les populations et qui œuvrent sur notre sol ? Pourquoi ne pas octroyer aux agriculteurs qui répondraient à un cahier des charges d’une agriculture raisonnée et respectueuse de l’environnement, le statut de fonctionnaire d’Etat ? Ils pourraient ainsi bénéficier d’une protection et de garanties supplémentaires, au même titre que les instituteurs.
commentaireCommenter