politiquebridgestone

Des élus locaux réclament plus d'un million d'euros d'argent public à Bridgestone

24/11/2020

ARTICLE. Après l’annonce de la fermeture du site de Béthune, la communauté d’agglomération réclame l'argent public versé au groupe japonais qui devait financer l’agrandissement de l’usine.

Des élus locaux réclament plus d'un million d'euros d'argent public à Bridgestone

Après l’annonce de la fermeture définitive de l’usine Bridgestone de Béthune (Pas-de-Calais) il y a quelques jours malgré les négociations et tentatives de sauvetage des salariés et des pouvoirs publics, les élus locaux ont décidé d’engager un dernier combat contre le groupe japonais. 

Ils réclament une partie de l’argent public qui avait été versé au leader du pneumatique pour financer l'agrandissement de son site de Béthune en 2007. Dans l’accord avec l’agglomération, le financement de la modernisation de l’usine - à hauteur de 1,5 million d’euros - avait pour contrepartie la stabilité de son effectif jusqu'en 2015. Or cette clause n'a pas été respectée par Bridgestone. Le fabricant de pneus devait maintenir l’effectif au-dessus de la barre de 1 258 salariés et créer 50 emplois entre 2007 et 2010 puis les maintenir jusqu’en 2015. Mais l’effectif du site en 2015 a finalement été inférieur à celui de 2007.  Après avoir versé 1,25 million d’euros en 2010, l’agglomération suspend alors le dernier versement, de 250 000 euros, voyant les objectifs d’emplois non atteints. C’est donc 1,25 million d’euros qui sont doivent être remboursés dans ce dossier. 

Ce remboursement sera une goutte d’eau dans l’océan de fonds publics qu’a reçu le groupe. Entre 2008 et 2016, 500 000 euros ont été alloués par le Conseil régional des Hauts-de-France au fabricant de pneumatiques, plus 120 000 en 2017. Le constructeur japonais a également reçu 500 000 euros du fond européen FEDER et 320 000 euros de l'État, plus le crédit d'impôt pour la compétitivité emploi (CICE) en 2017 qui s’élevait lui à 1,8 million d’euros. La multinationale a également perçu 24 millions d'euros via un programme européen. Et le dossier pourrait connaître un énième rebondissement. 

Face à l’annonce de la fermeture, des salariés ont saisi le tribunal judiciaire de Lille en faisant valoir...

Contenu disponible gratuitement

18 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+