opinionsIslamismeabonnés

La paille et la poutre

25/10/2022

ARTICLE. C’était ce dimanche, en fin de soirée, à Rome. Emmanuel Macron a rencontré pour la première fois Giorgia Meloni, nouvelle Première ministre de l’Italie. Figure du renouveau fasciste au cœur de l’Europe pour la gauche française, cette dernière a hurlé à l’irresponsabilité du chef de l’État français.

La paille et la poutre


Le dimanche 23 octobre restera-t-il dans l’histoire comme celui de la poignée de main entre Emmanuel Macron et Giorgia Meloni, la nouvelle Première ministre italienne ? Une nouvelle poignée de main de Montoire ? La question s’imposerait presque, à l’aune des réactions d’une partie de la classe politique française. Si certains y ont vu une banale rencontre diplomatique entre responsables européens, les cadres de la NUPES ont tenu à faire montre d’une tonitruante réprobation. « Il y a une complaisance avec le fascisme et l'extrême droite qui est quand même incroyable chez Emmanuel Macron », a regretté Sandrine Rousseau, ce lundi même sur France 2. Et la députée, outrée, d’ajouter : « Mais on est où ? C’est quoi ce monde ? »

Dans le même temps, d’autres députés Nupes ont dénoncé « l’irresponsabilité » de Macron. Le président français avait pourtant tout fait pour minimiser la rencontre, rendue incertaine jusqu’au bout par l’Élysée et finalement maintenue dans la plus grande discrétion, à l’abri de la foule et des caméras. C’était la première rencontre officielle de la nouvelle Première ministre, ses débuts sur la grande scène internationale, après sa victoire électorale le 26 septembre dernier. Péché suprême pour la gauche officielle française : non seulement Macron accepte de rencontrer la « cheffe » du gouvernement transalpin, mais il l’adoube en étant le premier à la rencontrer.

Ainsi Mathilde Panot, présidente du groupe LFI à l'Assemblée nationale : « Les fascistes français en roue libre surfent indignement sur la mort de Lola. Ils essaiment partout en Europe. Que fait Emmanuel Macron ? Il court s'entretenir avec la dirigeante fasciste italienne Meloni. Irresponsabilité totale. » Et l'élu de Seine-Saint-Denis Thomas Portes de renchérir, dans un numéro acrobatique comparatif : « Partout ce week-end, des nervis identitaires accompagnés de néo-nazis ont manifesté...

Contenu réservé aux abonnés

77 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi