opinionsEducation nationale

Lettre ouverte à Pap Ndiaye

07/10/2022

TRIBUNE. Avocate, Carine Chaix est la présidente de La France en partage, association qui entend défendre le patrimoine culturel français. Elle prend la plume pour interpeler Pap Ndiaye, au nom de la tradition universaliste française. 

Lettre ouverte à Pap Ndiaye


Monsieur le Ministre,

Alors que l’actualité récente est émaillée de faits divers démontrant une recrudescence inquiétante des tenues comme les abayas, des objets, tels les jeux de cartes salafistes, ou des comportements islamiques, l’association La France en Partage dont l’objet est de transmettre et défendre l’héritage culturel de la France, ses valeurs ainsi que celles de la République, a l’honneur de vous demander d’apporter une réponse forte et claire sur ces sujets.

Plutôt que de critiquer la France depuis l’étranger, nos concitoyens attendent une résolution de ces atteintes à nos valeurs, qui contribuent à la dislocation de notre société et à un climat de crispation identitaire.

Notre modèle républicain comme nos valeurs françaises commandent que toute atteinte à la laïcité à l’école et tout comportement prosélyte, qui ne se résument pas aux signes ou aux tenues, soient clairement interdits !

Par ailleurs, comment ne pas voir que ces crispations identitaires peuvent se trouver légitimées lorsque vous tenez des propos sans nuance sur le racisme et l’anti-américanisme français lors de votre récent déplacement aux Etats-Unis ?

Si nous comprenons que vos convictions personnelles déterminent votre vision de notre société, en tant que ministre de l’Education nationale, ne devriez-vous pas inspirer à tous les élèves de France, non le rejet de notre Nation, comme vos propos peuvent l’instiller, mais le respect de notre pays et de notre République ?

Alors que l’actualité de cette semaine rapporte un nouveau fait divers relatant la démission et le départ de la Ville d’un élu des Mureaux à la suite d’une énième agression et menace de mort à son encontre, notamment en raison de sa couleur de peau blanche (Le Figaro, article du 01/10/2022), attiser l’esprit de vengeance à l’encontre de la France ne nous paraît pas être la meilleure idée que vous ayez eue depuis votre nomination.

Par ailleurs, vos propos semblent hélas confirmer votre préférence pour le modèle culturel anglo-saxon qui est pourtant à l’opposé de celui universaliste français que l’École doit transmettre et qui vise à l’émancipation des femmes et des hommes de leurs caractères secondaires, de leurs liens identitaires, par la citoyenneté et le mérite.

Enfin, vous avez accusé depuis l’étranger le discours politique français d’anti-américanisme. Mais ce que vous prenez pour de l’anti-américanisme n’est en réalité peut-être rien d’autre qu’un attachement viscéral à cet idéal universaliste, aux vertus de rassemblement autour de la nation plutôt qu’aux communautarismes et autres individualismes.

Aussi, plutôt que de jeter l’opprobre sur notre pays, pourriez-vous œuvrer pour mettre fin à l’incapacité de l’école publique à tenir sa promesse : celle de transmettre les savoirs fondamentaux et le sens civique, afin de permettre à chacun de s’élever hors de sa condition d’origine, sociale ou culturelle, hors de sa communauté pour embrasser celle des Français ?

Car cet échec de l’École explique bien davantage les difficultés que peuvent rencontrer nombre de nos concitoyens que de rares comportements racistes.

Et pour cela, récompensez l’effort personnel, le mérite sans aucune distinction d’appartenance ou de classes sociales !

C’était d’ailleurs l’objet de l’uniforme qui gommait tout signe d’appartenance, et qu’il serait peut-être temps de réhabiliter afin de résoudre, en outre, tout problème d’interprétation et d’application de la loi de 2004 sur les signes religieux à l’école !

Enfin, ne devriez-vous pas veiller à ce que notre roman national soit transmis à nos élèves de telle sorte qu’ils aient l’ambition de le poursuivre et non de le combattre ?

Bref, faites vôtre le projet de donner à tous les élèves un socle commun de valeurs et de connaissances fondamentales, car c’est cela la véritable école inclusive !

***

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de ma haute considération.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi