sociétéSéparatisme

Certificat de virginité : l'examen de la honte

10/09/2020

Les certificats de virginité sont dans le viseur du gouvernement. Résidu d’un ancien temps, cette pratique humiliante pose la question culturelle de la virginité. En France. Au 21ème siècle.

Certificat de virginité : l'examen de la honte

La prohibition des tests de virginité avait déjà été évoquée en mars par Emmanuel Macron, dans le cadre d’une série de mesures destinées à lutter contre les influences étrangères de l’Islam en France. Après plusieurs mois de silence sur le sujet, le gouvernement a affirmé sa volonté de les interdire, par la voix de Gérald Darmanin. Dans une interview donnée ce lundi au Parisien, le ministre de l’Intérieur a également proposé de pénaliser les praticiens qui réaliseraient ce type d’actes.

Les tests de virginité, aussi incroyable que cela puisse paraître, sont encore autorisés et régulièrement pratiqués dans une vingtaine de pays. L’enjeu est simple : déterminer si, oui ou non, la femme est vierge. Dans la plupart des cas, il est question de s’assurer de la “pureté” de cette dernière avant le mariage. Dans certains pays comme le Maroc, même si la tradition a tendance à disparaitre, il s’agit de s'assurer que des traces de sangs seront bien présentes sur les draps que viendront contrôler les parents, à l’issue de la nuit de noce. Certains pays comme le Tadjikistan vont même jusqu’à délivrer des certificats de virginité financés par l’État.

La patiente, souvent accompagnée d’un proche, se rend alors à un cabinet médical. S’en suit l’examen dit “des deux doigts” qui permet de constater l’état de l’hymen de la patiente. Un examen pénible, mais surtout particulièrement humiliant pour la femme qui le subit. ”L’examen de la honte !”, avance Israël Nisand, chef du département de gynécologie obstétrique au CHU de Strasbourg, également président du Collège national des gynécologues et obstétriciens Français (CNGOF).

En octobre 2018, afin de faire face à cette pratique, vestige d’un ancien temps, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, l’ONU-Femmes et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ont conjointement appelés à...

Contenu disponible gratuitement

65 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+