sociétéMarseille

Mesures sanitaires : Marseille entre en résistance

25/09/2020

ARTICLE. Les dernières mesures de restrictions annoncées mercredi par le ministre de la santé ont créé une vague de ras-le-bol chez les responsables politiques et les professionnels du sud-est de la France. Certains annoncent déjà leur refus de coopérer.

Mesures sanitaires : Marseille entre en résistance

La colère est en train de monter dans la métropole Aix-Marseille. Une colère mêlée d’incompréhension depuis les dernières annonces d’Olivier Véran instituant, dans les départements du sud-est estampillés « écarlates », la fermeture temporaire (durant 15 jours, pour le moment) des bars, des restaurants et des salles de sport. Politiques, habitants, restaurateurs et propriétaires de salles vivent comme un couperet ces décisions qui assombrissent encore un peu davantage l’avenir économique et social de la région.

Après les récentes réactions de colère des responsables politiques, du président de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Renaud Muselier, aux adjoints à la mairie de Marseille, Benoît Payan et Samia Ghali, la colère a pris de l’ampleur aujourd’hui, à Marseille, où la résistance commence à s’organiser. Ce matin vers 9h, devant le tribunal de commerce de Marseille, s’est tenu un regroupement de restaurateurs et de gérants de salle de sport pour protester contre les mesures imposées par le ministère de la Santé. La tendance est incontestable : les restaurateurs entendent ne pas tenir compte des mesures et rester ouverts.

« La coupe est pleine ! », « Laissez-nous travailler ! », pouvait-on entendre parmi la cohorte de plusieurs centaines de restaurateurs, soutenus par des élus de tout bord. Un peu partout ont fleuri les pancartes : « Sauvez les bars et les restos ». Dans cette ambiance contestataire, le mouvement a vu se joindre à lui des citoyens venus de toute la métropole Aix-Marseille pour les soutenir. En toile de fond, un sentiment général de désobéissance civile et des doléances : un peu plus de clairvoyance, de cas par cas, et de subsidiarité, et moins de décisions discrétionnaires déconnectées.

Demandant à ce que les Marseillais soient respectés et jugeant que la situation sanitaire ne justifie pas l’annonce de cette semaine, Samia Ghali, deuxième adjointe à la mairie de Marseille est allée dans le sens des manifestants ce midi, au...

Contenu disponible gratuitement

32 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...