politiqueEcologieabonnés

Pourquoi en veulent-ils tous à Jean-Marc Jancovici ?

10/01/2023

ARTICLE. Attaqué par le camp EELV, notamment en raison du soutien de celui qui le porte au nucléaire, le nom de l’ingénieur est sur toutes les lèvres. Jalousie quant au succès de sa bande dessinée ou critiques fondées ?

Pourquoi en veulent-ils tous à Jean-Marc Jancovici ?


Sur le papier, il a pourtant pratiquement tout pour leur plaire. Partisan de la décroissance, fervent militant de la lutte contre le réchauffement climatique, radical au point de vouloir limiter le nombre de déplacement en avion à quelques unités sur toute une vie, figure populaire qui sensibilise les Français au climat, comme peu parviennent à faire… Oui, mais voilà, Jean-Marc Jancovici n’est pas des leurs. Les « leurs », ce sont ces dirigeants politiques d’EELV ou d'organismes proches : Yannick Jadot, Sandrine Rousseau ou encore Marine Tondelier. Ils reprochent à l'ingénieur son peu de goût pour les énergies renouvelables — qu’importe si le 2 novembre 2022, il avait déclaré devant la commission d’enquête sur la souveraineté énergétique à l’Assemblée être favorable à leur déploiement en complément du nucléaire — mais surtout sa promotion de l’atome civil.


Bête noire des militants


Ce dimanche 8 janvier sur France Info, la nouvelle secrétaire nationale d’EELV, Marine Tondelier, a décoché plusieurs flèches contre Jancovici. Celui-ci « ment beaucoup », a-t-elle affirmé, en référence à la bande dessinée à succès que publie l'ingénieur, Le monde sans fin , dessinée par Christophe Blain. « Je suis une écologiste militante de base, je n’ai pas de bac S. J’ai une culture militante nucléaire, j’essaye de m’informer », a-t-elle expliqué. Une manière comme une autre de mettre de côté l’aspect scientifique du débat, pourtant crucial dans le cas du nucléaire. Tondelier précise dans la foulée « discuter avec Bernard Laponche, qui est un écologiste qui a travaillé au CEA (Centre de l'énergie atomique, ndlr), qui est polytechnicien et qui a participé à la construction du premier réacteur ».

On a les scientifiques que l’on veut bien mériter. Il est étonnant de constater que travailler au CEA devient soudainement un brevet de respectabilité pour une personne en particulier,...

Contenu réservé aux abonnés

81 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi