economieIndustrieabonnés

Réindustrialisation et crise de l’énergie : une équation insoluble ?

17/11/2022

ARTICLE. Le « Made in France » a le vent en poupe. Plus écologique, pourvoyeur d’emplois et d’indépendance, l’histoire souffle dans la voile de la réindustrialisation. Mais la crise énergétique pourrait bien porter un coup fatal à ce qu’il reste de l’industrie française.

Réindustrialisation et crise de l’énergie : une équation insoluble ?


La 10e édition du salon du Made in France a offert un bien court répit à la morosité ambiante qui plane sur l’industrie française. Sitôt les portes du Parc des expositions de la Porte de Versailles refermées le 13 novembre, les partisans de la relocalisation ont été à nouveau confrontés à la réalité économique du pays, frappé durement par la crise énergétique qui mine le continent européen. Comment dans ce contexte relocaliser et être rentable ? À vrai dire, les professionnels craignent plutôt que la balance ne penche à nouveau vers une salve de départ d’entreprise vers des pays où le coût du gaz et l’électricité pèsent moins lourd sur le chiffre d’affaires.

« Si rien n’est fait, l’industrie textile en France est morte », explique le Président de l’Union des industries textiles de Champagne-Ardenne, dans L’Est Éclair. Dans L’Opinion, Gilles Attaf, président de la certification Origine France Garantie, rebondit. « Les adhérents à Origine France Garantie, sur un an, subissent une hausse de 65 % de leur facture énergétique », explique-t-il, appelant à plus de « visibilité sur les factures des prochains mois ».

L’agression russe contre l’Ukraine en février a déclenché plusieurs batteries de sanctions de la part de l’Union européenne, et, par ricochet, une raréfaction du gaz exporté par la Russie en Europe. Le prix du gaz — sur lequel est indexé le cours de l’électricité — avait déjà décollé du fait de la reprise économique mondiale post-Covid au dernier trimestre 2021. Il a explosé en 2022, allant jusqu’à atteindre en France près de 1 000 euros par MWh cet été. Il y a de quoi regretter l’enchaînement des événements car en 2021, le solde création - disparition d’usines en France était positif et s’élevait à 120. Une première en onze ans.

L’Allemagne...

Contenu réservé aux abonnés

54 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi