economieEtat Françaisabonnés

Doctolib, un pur produit de la startup nation ?

03/08/2021

ARTICLE. Si la plateforme Doctolib semble être le reflet des politiques numériques adoptées par le gouvernement depuis quelques années, la forte proximité entre les deux entités interroge. La décision gouvernementale de lui octroyer l’organisation de la campagne vaccinale a largement participé à sa valorisation record.

Doctolib, un pur produit de la startup nation ?

Son principe est simple : mettre en relation les patients avec des médecins, par un accès gratuit à la plate-forme pour les patients qui souhaitent prendre rendez-vous. Un abonnement de 129 euros par mois est proposé aux professionnels de santé souhaitant bénéficier du service, pour voir leur cabinet apparaître sur la carte de France. Compter 79 euros supplémentaires par mois à la charge des praticiens pour les téléconsultations, rendues payantes pendant la pandémie.

Doctolib et l’État français main dans la main

Malgré la subsistance de quelques concurrents comme Maiia, Livi ou encore l’entreprise Keldoc, d’importants contrats avec l’administration publique ont permis à Doctolib d’occuper la première place dans le secteur. Un premier contrat avait été signé à l’été 2016 avec l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), lequel lui avait déjà permis de gagner en crédibilité.

Toutefois, l’accord passé avec l’État le 11 janvier 2021 pour encadrer la campagne de vaccination a été un véritable propulseur pour la start-up, au point que syndicats et associations de médecins ont déposé un référé devant le Conseil d’État pour demander l’annulation du contrat qui n’a pas même été rendu public. Le motif ? La crainte d’un monopole sur le secteur de la santé et l’utilisation des données récoltées par la plateforme hébergée par… Amazon.

Si le Conseil d’État a validé le contrat, le gouvernement a rapidement plébiscité les services de la start-up tricolore, et ce malgré la perquisition de son siège en mai dernier en lien avec une plainte déposée le 5 novembre 2019 pour « abus de position dominante ».

Une ascension fulgurante

Depuis sa fondation en 2013, la plateforme a connu une ascension fulgurante. Avec ses 1700 salariés et une collaboration avec plus de 120 000 professionnels de santé, ce pur produit de la start-up nation défendue par le Président Macron a de beaux...

Contenu réservé aux abonnés

63 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour le consulter, vous devez vous connecter ou vous abonner.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi

FP+