IndustrieSouveraineté industrielleabonnésContenu payant

La France tente d’empêcher le passage sous pavillon américain de l'un des fournisseurs de Naval Group

ARTICLE. Le rachat de la maison-mère de Segault, qui équipe les sous-marins nucléaires français et le porte-avions Charles de Gaulle, par une entreprise américaine, inquiète le gouvernement. Une solution « made in France » est envisagée.

/2023/03/porte-avions Charles de Gaulle


La réindustrialisation voulue par Emmanuel Macron a du plomb dans l’aile. L’entreprise Segault, connue pour être l'un des fournisseurs critiques de Naval Group, pourrait rapidement passer sous pavillon américain. La multinationale américaine Flowserve a mis la main en février sur la maison-mère de Segault, le Canadien Velan, qui avait lui-même racheté la PME française en 2007. Mais l'État français n'a pas dit son dernier mot.

Pourquoi Segault est-elle aussi stratégique pour la France ? Basée dans l’Essonne en région parisienne, la PME fait partie de la BITD, la base industrielle et technique de défense, clé de notre souveraineté. Elle a pour tâche d’équiper en robinetterie marine les chaufferies nucléaires embarquées sur l’ensemble des sous-marins français et sur le porte-avions Charles de Gaulle. Segault fournit également la robinetterie dans les bâtiments réacteur à un quart des centrales nucléaires en service dans le monde.


Une solution française ?


Selon Flowserve, le rachat de Velan doit être finalisé au plus tard d'ici à la fin...

Vous aimerez aussi