La France insoumiseAgricultureFPContenu payant

Les fantasmes agricoles de la France Insoumise

ARTICLE. La France Insoumise entend repeupler les campagnes et y installer entre 300 000 et 400 000 personnes dans le cadre d’une planification écologique et agricole. Mais le secteur fait face à une grave pénurie de main-d’œuvre.

/2023/06/penurie-agricole-lfi-mathilde-panot-main-doeuvre


Tout comme l’énergie, secteur pour lequel les propositions de la France Insoumise se résument à un "yakafokon" simpliste et terriblement destructeur pour la France, un autre sujet essentiel semble en passe de subir le même traitement : l’agriculture. Vendredi 23 juin, Mathilde Panot, la responsable du groupe LFI à l’Assemblée nationale, était en déplacement sur les terres de sa collègue Mathilde Hignet, ouvrière agricole et députée LFI d’Ille-et-Vilaine. Dans des propos remontés par Ouest France, les deux Insoumises ont plaidé pour « une agriculture intensive en main-d’œuvre » et un « soutien à l’agriculture biologique », en opposition « avec un modèle destructeur qui laisse les lobbys décider ».

Pour ce faire, et dans le cadre de la préparation de la loi d’orientation agricole à venir d’ici un an, le parti de Jean-Luc Mélechon plaide pour un repeuplement de ce secteur. « Il faut installer de 300 à 400 000 personnes », estime Mathilde Panot. La députée du Val-de-Marne reprend là la proposition de son parti lors des dernières présidentielles actant que « Près de 50 % des agriculteurs seront à la retraite dans 10 ans, soit environ 200 000 actifs agricoles », alors l’objectif serait de « de créer au moins 300 000 nouveaux emplois agricoles sur des projets agroécologiques et vivriers », tout en « limitant la concentration des terres et la course à l’agrandissement ».

Il s’agirait donc d’une part de compenser les départs à la retraite, et d’autre part, de créer de nouveaux emplois. Car « en parallèle, un nombre croissant de personnes non issues du milieu agricole souhaitent s’installer en agriculture », mais « se heurtent à un déficit d’accompagnement et de soutien dans la mise en place de leur projet », pouvait-on encore lire dans le programme 2022 de Jean-Luc Mélenchon. Si la vague...

Vous aimerez aussi