société

Malgré les aides publiques, délocalisations à l’horizon pour Latécoère

ARTICLE. Le groupe toulousain, spécialiste de l'équipement aéronautique, a annoncé délocaliser une partie de son activité au Mexique et en République tchèque. Un départ qui désespère les salariés et agace les observateurs, Latécoère ayant bénéficié à plusieurs reprises des aides de l’État.

/2023/02/latecoere-usine-toulouse-delocalisation


Contre toute attente, le futur de l’« usine du futur » toulousaine de Latécoère s’écrira en tchèque ou en espagnol. Le sous-traitant, spécialiste des aérostructures et des systèmes d’interconnexions, a annoncé le 25 janvier 2023 son intention de délocaliser les activités de son usine de Montredon (Haute-Garonne) vers deux de ses filiales : à Hermosillo​ au Mexique, et ​​à Prague en République tchèque. 109 emplois sont menacés de disparition.

C’est bien connu, le cœur toulousain bat pour l’aéronautique. Latécoère fait partie de ces nombreuses entreprises qui collaborent avec Boeing et Airbus. Depuis 2017, l’usine de Montredon se positionne en partie sur les portes d’avions, l’entreprise se définissant comme « le leader mondial des fabricants indépendants de portes d’avion ». Pour ses dirigeants, cités par Le Monde, une partie des problèmes financiers rencontrés par Latécoère serait liée à cette activité.

« En 2018, les cadences de production » de Boeing « étaient élevées », affirme un porte-parole de l’entreprise au quotidien. « Nous avions alors fait le pari de nous équiper de machines configurées pour nos besoins internes afin de livrer notre client​ dans les délais​ », rappelle-t-il, expliquant que le groupe aurait alors fait le « pari de nous équiper de machines configurées pour nos besoins internes afin de livrer notre client​ dans les délais ». Malheureusement pour l'équipementier, la crise du Covid est passée par là. « Nous nous sommes retrouvés piégés avec des machines spécialisées, alors que le marché des pièces élémentaires était en pleine réorganisation », conclut-il.

L’argent de l’État parti en fumée ?


Le récit classique d’une entreprise qui, à la suite d’une décision hasardeuse, doit rebrousser chemin et tailler dans ses effectifs, en somme. Pour autant l’affaire ne s’arrête pas là et émeut dans les travées politiques. Interrogé sur Sud Radio le 10 février Roland Lescure ministre...

Vous aimerez aussi