InternationalIslam

Au Pakistan, les manifestations anti-France dégénèrent

19/04/2021

ARTICLE. Ces derniers jours, l’interpellation d’un leader islamiste anti-blasphème au Pakistan a encore accru la violence des manifestations contre la France. Plusieurs morts sont à déplorer dans des affrontements avec la police pakistanaise. Fait rarissime, le Quai d’Orsay a rappelé ses diplomates et a appelé les Français à quitter le pays. Comment expliquer cette flambée ?

Au Pakistan, les manifestations anti-France dégénèrent

Ce sont des scènes de guerre civile que l’on pouvait voir ces derniers jours au Pakistan. Autoroutes, routes nationales, chemins de fer et accès aux grandes villes bloquées, police attaquée, bâtiments publics brûlés… Dernièrement, onze policiers ont été pris en otage par des islamistes qui ont fini par être relâchés cette nuit. Au total, quatre policiers et quatre-cent blessés sont à déplorer à la suite des manifestations de la semaine dernière.

Mais pourquoi de telles violences ? D’abord parce que le chef du parti TLP (Tehreek-e-Labbaik) Saad Hussain Rizvi a été arrêté le lundi 12 avril à Lahore pour avoir appelé à des manifestations et à l’expulsion de l’ambassadeur de France. Ce parti politique islamiste intégriste a été créé en 2015 et est connu pour défendre la peine de mort pour les cas de blasphème. Le TLP souhaite également étendre la charia dans le monde entier.

Le « blasphème » comme casus belli

Surtout, les incidents ont commencé en octobre 2020 à la suite de la republication des caricatures de Mahomet par Charlie Hebdo et par l’hommage à Samuel Paty, professeur décapité par un terroriste islamiste, au cours duquel Emmanuel Macron avait réaffirmé le droit à la liberté d’expression et le droit au blasphème en France.

Des manifestations avaient alors explosé partout dans le monde musulman et en particulier au Pakistan dans tout le pays, où le TLP avait mené une campagne pour le boycott des produits français. Il avait aussi bloqué le pays afin d’exiger le départ des Français du territoire pakistanais.

Dès lors, le Premier ministre du Pakistan Imran Khan avait lui-même avait pris position contre la France : « le président Macron a choisi de provoquer les musulmans délibérément, et ses propres citoyens. En encourageant la diffusion des dessins blasphématoires, en ciblant l’islam et notre prophète Muhammad....

Contenu disponible gratuitement

61 % de ce contenu restent à découvrir !

Pour accéder à la totalité des contenus gratuits, vous devez vous connecter ou créer un compte.

Chargement des commentaires...

Vous aimerez aussi